12.06.2012

Portrait de l’étudiant en période d’examens

Dring! Dring! Dring! "C'est l'heure"! Mortelle sonnerie du réveil, annonciatrice d'une énième journée de routine, entre les cafés, le cerveau qui chauffe et quelques crises de nerfs. Et oui, l'année est terminée et l'étudiant endormi durant tout le dernier semestre doit maintenant se réveiller pour affronter ses journées de préparation d'examens.
Le bureau de l'étudiant en révisions...

Un réveil à  l’aube, un training informe mais ô combien confortable, une tasse aux doux arômes caféinés: portait de l’étudiant qui s’échauffe, potasse des théories qui lui semblent inutiles et voit sa vie sociale se désintégrer au fil des jours. Le festif devient ermite, le paresseux se transforme en être actif et la bibliothèque détrône même le Zelig, pourtant lieu de détente incontournable pour tout universitaire.

 

L’étudiant en révisions se reconnaît donc par ses cheveux en bataille, son air fatigué et son survêtement miteux dans lequel il traîne toute la semaine. Car, soyons honnêtes, il n’a plus le temps de se pomponner, et de toute façon, à  quoi bon? Sa vie sociale se résume à  papoter avec la voisine du coin dans la buanderie et à  saluer les caissières du supermarché quand il se décide enfin à  aller faire les courses. Enfin, des courses qui se résument plutôt à  4 kilos de pâtes: pas cher, vite fait et plein de glucides (la bonne excuse!).

 

Au début plein d’entrain et d’énergie, il s’autorise maintenant plus de pauses que de temps de travail, ne culpabilise pas à  regarder sa série du moment et trouve n’importe quel prétexte pour arrêter la lecture fastidieuse de ses notes: nettoyer les vitres qui paraissent soudainement affreusement sales, réparer le tiroir d’un meuble qui coince pourtant depuis des mois, démonter un canapé (si, si!) pour laver la housse… Bref, ces petits riens qui le dérangent uniquement en période d’examens, comme s’il se sentait soudain investi par ces nouvelles missions de la plus haute importance!

Et au fur et à  mesure que l’énergie du début décroît, les soupirs de découragements emplissent l’air, les pas se font traînants et la caféine devient sa meilleure amie.

 

Par contre, se développe un sens inné de l’organisation: parmi l’amas de notes éparpillées dans tous les coins de la chambre, l’étudiant en révisions n’a aucun mal à  s’y retrouver (ou presque). Des post-it colorés collés sur chacune des feuilles, des stabilos usés qui s’entassent et rendent l’âme les uns après les autres. Oh oui, ce n’est pas beau à  voir! Rajoutez encore quelques tasses de café vides et des emballages de chocolat (pour les vitamines…) et voilà  un bel espace propice au travail!

Par contre, soyons positifs, au moins il fait gris et il pleut… Et oui, c’est sacrément égoïste! Mais tout est bon à  prendre si cela peut nous éviter d’être tenté par la dégustation d’une glace à  Ouchy ou par une séance de bronzage.

 

Ähnliche Artikel