21.02.2012

Le Locle, capitale de la Saint-Valentin. Vraiment ?

Text by Lena Würgler | Photos by © Lena Würgler
La ville du Locle s'est autoproclamée capitale mondiale de la Saint-Valentin. De plus en plus de gens le savent. Et de plus en plus de gens s'interrogent sur la démarche. Je fais partie de ceux-ci.
La vitrine d'un magasin du Locle.
Immagine: © Lena Würgler

Ma curiosité m’a donc poussée à  aller prendre le pouls de la ville le soir du 14 février, avec pour objectif de voir l’impact de cette auto-proclamation sur les petits commerces, les restaurants et les hôtels en ce jour de fête des amoureux. Tous, de manière unanime, avouent que cela n’a pas, ou très peu, d’impact sur leur clientèle. Apparemment, personne ne vient de loin spécialement pour fêter la Saint-Valentin au Locle. Dans les boulangeries-pâtisseries et chez les fleuristes, les clients sont par contre plus nombreux qu’en temps normal ; rien de bien surprenant pour de tels magasins un 14 février. Seules leurs vitrines semblent porter la marque du statut de capitale de la Mère Commune. Les commerçants concèdent volontiers que le concours de la plus belle vitrine, lancé par la ville, les a poussés à  s’y appliquer particulièrement. Toutefois, cela semble être le seul impact visible, dans la rue, de l’auto-proclamation du Locle.

 

Dans les restaurants, même son de cloche : la clientèle reste plutôt locale et est constituée principalement d’habitués. Les réservations pour le menu de la Saint-Valentin ne pleuvent pas. Là  aussi, les tenanciers attachent peut-être plus d’importance à  la décoration. Néanmoins, à  nouveau, ces efforts semblent traditionnels pour des établissements de ce type, qu’ils se situent au Locle ou non. Enfin, au centre ville, dans l’hôtel principal, la plupart des clients viennent d’entreprises et sont donc là  dans le cadre de leur travail. Les couples sont peu nombreux, si ce n’est absents, en ce soir de fête. Je m’attendais à  mieux. Je m’attendais certainement à  trop. J’espérais que la ville soit entièrement vouée à  la célébration de son statut de capitale mondiale de la Saint-Valentin, et ce tout au long de la journée. Je pensais que les décorations des rues seraient plus nombreuses, qu’une soirée spéciale serait organisée ou encore que les rues seraient animées par des stands ou des spectacles. Rien de tout cela : l’ambiance ne change pas des jours conventionnels.

 

Toutefois, les commerçants sont motivés, mettent du cŠ«ur à  l’ouvrage pour leurs vitrines et leurs produits spéciaux et, surtout, gardent leur bonne humeur et leur sympathie. La ville du Locle n’est pas faite pour la grandeur et la prétention. Ses qualités sont, et resteront, la simplicité, l’amabilité et la cordialité. Son statut, dès lors, ne lui colle pas vraiment à  la peau.

Ähnliche Artikel