18.04.2011

Effrayant le 20 minutes?

Pour certains feuille de chou et amas de bêtises, pour d'autres compact d'informations précieuses à  lire en attendant le train, le 20 minutes anime bien des débats. Pourtant, il est l'un des journaux les plus lus en Suisse.
Dessin de Céline Lüscher

Connaissez-vous quelqu’un qui n’a jamais lu le 20 minutes ? A part vos petits frères, soeurs, cousins, cousines en dessous de 6 ans, et encore, tout le monde lit le 20 minutes. Oui, il est partout.

 

Et là  est justement tout le problème. Prenez le temps, entre deux articles people et votre horoscope du jour, de parcourir attentivement ce que vous tenez entre les mains. Entre les photos de film d’horreur, les articles «choc» qui décrivent quelles tortures Mr. un tel a subies avant de mourir dans d’atroces souffrances, les récits des guerres avec tous les détails morbides, nous sommes servis.

 

Mettez-vous seulement une fois à  la place d’un enfant de 9 ans avec toute sa naïveté et son innocence. Imaginez que vous voulez regarder les bds et la page des sports en attendant votre bus pour aller à  l’école. Vous voulez aller directement à  la page qui a été annoncée en une du journal. Page 39. Et bien non, vous tombez six pages avant. Sur l’image qui révèle le film d’horreur tant en vogue en ce moment. Du sang, un couteau, un, deux peut-être même trois cadavres. Choc. Malheureusement, un enfant ne sait pas que «c’est pour de faux», et même s’il le sait, sa sensibilité est vite chamboulée. L’image revient, revient, encore et encore. C’est ce qu’on appelle un cauchemar.

 

Certains diront qu’on peut lui expliquer, qu’il comprendra. Et que de toute façon, pas tous les enfants réagissent aussi fortement à  ce qu’ils voient toute la journée, qu’ils ont sûrement déjà  vu pire. On peut donc mettre sous le nez des gens des atrocités car ils ont «déjà  vu pire»? On doit donc ne rien changer car certaines personnes ne sont pas touchées ?

 

A votre avis, est-ce qu’un journal à  portée de tous peut se permettre de diffuser n’importe quoi, sans aucun égard à  celui qui l’aura plus tard entre les mains?

 

On pourrait dire que cela est excessif. Qualifier d’atrocités les informations que transmet le 20 minutes? Non, pour certains, le flux d’informations est bel et bien une monstruosité. Le mot est fort. Mais bien assez pour montrer que cela est publié sans aucun recul.

 

Pour les sceptiques de toujours, je vous propose une petite expérience, qui a aussi été réalisée dans le cadre d’un centre aéré (Lâche la violence) en automne dernier: demandez à  un ou plusieurs enfants entre 6 et 11 ans de découper tout ce qu’il trouve violent ou choquant dans une pile de 20 minutes que vous lui aurez donné. Vous serez étonné du nombre de choses que nous trouvons sans importance, intéressantes, rigolotes ou stupides et que les enfants ressentent comme déplaisantes, déplacées et dont ils sont choqués.

Ähnliche Artikel