03.07.2010

Maturité, grande farce?

L'obtention du certificat de maturité est un grand exploit dans une vie. Ah bon? Il y a encore deux, trois petites choses à  régler...

Le certificat de maturité est décerné aux personnes qui on survécu au collège, lycée, dépendant des appellations… Ces élèves ont connu des années de dissertations, de fonctions et de Hauslekture que généralement ils ont affronté avec une paresse non dissimulée.

 

Mais la dernière année est un peu différente, à  la fin de l’année viennent les tant redoutés examens de maturité qui comptent pour la moitié de l’année. Ou plutôt une torture de méninges légale et autorisée par l’Etat. Trois longues semaines de stress, de caféine et de sucre rapide pour obtenir un bout de papier.

 

Alors quand on l’a en poche, on est contents. Plus d’une fois à  la cérémonie officielle le directeur vous annonce que c’est un jour « magnifique » et vous félicite pour votre « effort exceptionnel ». On peint un tableau très officiel, presque élitaire de ceux qui ont obtenu leur maturité, d’autant plus quand c’est avec mention.

 

C’est apparemment un grand exploit que d’avoir ce bout de papier. Ah bon ?

 

Les deux exemples qui suivent sont la preuve que le système a bien des brèches à  combler et que la maturité n’est pas le summum de la réussite, d’autant plus qu’on peut ne rien faire pour l’avoir.

 

Jeanne* savait qu’elle tomberait sur une Š«uvre bien précise pour son examen écrit de maturité de latin. Elle s’est donc procuré la traduction qu’elle a ensuite dissimulé aux toilettes, derrière la cuvette. Jeanne avait l’avantage d’avoir un certificat médical qui l’autorisait d’aller aux toilettes. Précisons qu’il existe beaucoup de médecins qui pour un beau sourire donnent des certificats médicales…

 

Pendant l’examen, elle a repéré le passage qu’elle devait traduire, les Š«uvres latines étant en vers, elle n’a eu qu’à  bien les mémoriser. Puis elle est allée aux toilettes, a arraché les pages dont elle avait besoin et est revenue dans la salle d’examens, les pages dans la poche… Après elle n’a plus eu qu’à  les cacher dans son dictionnaire et ni vu ni connu.

 

Comme prévu elle a eu sa maturité, elle a fait une traduction parfaite et a évité de stresser devant des milliers de phrases relatives, dont la traduction ne forme pas une phrase intelligible en français.

 

Et ce n’est pas le pire, l’exemple de Jean* est bien plus rageant, quant à  la médiocrité du système. Lui ne passait pas sa maturité mais le Bac. Ayant été un élève régulier, avec des notes qui suivaient, il a calculé que pour presque tous ses examens, il pouvait se permettre un 2 et avoir son Bac.

 

Jean est alors arrivé en retard d’une demi-heure à  deux de ces écrits, a rendu sa copie de français à  moitié recopiée au propre. Bref, il a fait le minimum.

 

Tous les deux ont eu leur papier… Alors ce certificat de maturité n’est-il qu’une grande farce ? Je dirai que c’est même une grande escroquerie.

 

Ayant moi-même fait le collège, je me demande que nous a-t-on réellement appris ? Des intégrales, des théories fumeuses de philosophie, les fantasmes sadomasochistes de Rousseau et la nomenclature…

 

A Genève il faut passer quatre années de sa vie à  étudier tout cet amas de « savoir» pour avoir un papier qui affirme que vous avez obtenu « la maturité» mais que savons-nous réellement faire ? Ce certificat ne nous donne pas le droit de travailler, ne certifie rien sur nos compétences professionnelles et ne sert à  rien sans études supérieures…

 

Ne serait-il pas le temps d’introduire des stages dans le cadre du collège, en dernière année par exemple, un peu comme à  l’école de commerce ?

 

Eux ont l’avantage de ressortir grandis par un stage en entreprise, familiarisés avec le monde professionnel et aussi avec un de ces papiers officiels, qui ne servent à  rien, toutefois indispensables pour la paperasse.

 

Pas nous… Ce serait quand même une belle progression dans le système, arrêtons de faire que de la théorie et mettons nous aussi au pratique!

 

En attendant ce changement significatif, à  tous ceux qui ont eu leur maturité: revenez à  la case départ, recevez votre certificat et direction Universités et Hautes écoles…

 

 

*nom d’emprunt

Ähnliche Artikel