12.06.2010

Déshabillez moi…

Déjà  qu'en faisant nos nouveaux passeports, on se sentait plutôt fiché, attendez de passer au scanner corporel pour voir.
Dessin de François Maret

Il y a quelques mois, une amie bâloise me faisait part de son désarroi quant à  ses prochaines conditions de voyage aérien : « Ils ont installé un scanner corporel!!! »… J’étais alors rassurée de me trouver du côté de Genève, dont l’aéroport sécurisé respectait encore la pudeur des voyageurs. Mais jusqu’à  quand ?

Depuis, le sujet s’est fait oublier tant bien que mal ; c’est donc avec surprise que je redécouvre l’affaire dans un quotidien gratuit il y a dix jours. Le scanner voyeur aurait un petit frère pudique. Tant mieux ! En mars, un employé de l’aéroport de Heathrow, à  Londres, s’était rincé l’Š«il au nez et à  la barbe, si j’ose m’exprimer ainsi, d’une collègue. La question du professionnalisme face aux passagers est alors de rigueur.

Que faire contre les voyeurs (et ils sont nombreux !) entre les mains desquels se trouvent cet appareil ? Les services de sécurité suisses ont la réponse : un scanner qui ne reproduit que les contours du corps, sans entrer dans les détails. Il est vrai que, dans un tel cas, l’intimité devrait être un peu plus respectée que précédemment : pas de fouille tactile et aucune possibilité de voyeurisme. Reste à  savoir si le terroriste averti sera assez innocent pour révéler les formes de ses explosifs et autres bombes artisanales…

Plus qu’une question de sécurité, c’est un problème de liberté de la personne qui se pose. D’abord les empreintes dans le passeport, puis le strip-tease numérique… quelle sera la suite ? Filmés, surveillés en permanence, nous ressemblons de plus en plus au héros de 1984, espionné dans sa plus stricte intimité, sa chambre à  coucher. Pour vivre heureux, vivons caché… si c’est encore possible.

Links

  • Source image: http://www.francoismaret.ch/dotclear/index.php?Actualite
Ähnliche Artikel