15.05.2010

Grandeur et tremblements

Le " European Business Aviation Community Exhibition", ça ne vous dit sûrement rien à  moins que vous possédiez une fortune de plusieurs millions ou que vous soyez très jolie et que vous travailliez en tant qu'hôtesse pour vendre des avions à  des êtres humains possédant 10'000 fois votre salaire.

Il y une dizaine de jours s’est tenu à  Genève un salon méconnu du grand public, pour être réservé  à  une sphère très spéciale : le « European Business Aviation Community Exhibition » ou Ebace. Pour résumer, il s’agit d’un salon quasi privé, luxueux (l’entrée pour une journée coûte plus de 200.-), destiné aux milliardaires et aux sociétés florissantes désireux de renouveler leur flotte… d’avions privés. Le spectacle est imposant : jets toutes options, Airbus aménagés, hélicoptères dernier cri. Les hôtesses de l’air ont 16 ans et la taille mannequin, les visiteurs viennent d’un monde à  part ; seuls les pilotes semblent appartenir à  la réalité.

Derrière cet étalage de luxe (le prix moyen d’un appareil s’élève à  50 millions de francs), une autre réalité s’agite en coulisses : le personnel est bien présent. Des nettoyeurs spécialisés se partagent les tâches les plus ingrates ; des journalistes internationaux restent enfermés des heures durant pour préparer le quotidien du lendemain. Ces magazines, ce sont des hôtesses qui le distribueront. Dès 6h, dans le froid et le vent, des étudiantes acharnées poursuivent les clients pour 20.- de l’heure. Dans les halles, ces jeunes filles se font nombreuses pour assurer l’accueil et le service. Elles seront les seules à  voir la vérité de l’exposition : les salles de conférence sont vides, les commandes se font rares. Un exposant l’avoue à  demi-voix : « L’aviation, ça ne marche pas aujourd’hui. ».

Il faut bien l’accepter : la crise économique est passée par là . Malgré les apparences, les hôtesses sont peut-être les mieux loties au moment des comptes… Une question de logique s’impose : ce genre d’évènement n’est-il pas vain ? Le sacrifice semble bien grand pour une si petite victoire.

Ähnliche Artikel