27.03.2010

Antisémitisme régional bis

Les actes antisémites bondissent. Tink était à  la présentation de presse du rapport annuel de la CICAD.

 

En 2009 le nombre d’actes antisémites a bondit de 59% en Suisse romande, notamment en raison de l’opération « plomb durcit » à  Gaza, élément qui ne peut en aucun cas légitimer ces attaques contre la religion juive.

 

 

C’est ce que constate la Coordination Intercommunautaire Contre l’Antisémitisme et la Diffamation [CICAD] dans son rapport annuel. Pour les responsables de l’association, la situation est alarmante et les 153 actes recensés l’année dernière sont intolérables. Il est donc nécessaire pour eux que la population prenne conscience du problème qui émerge dans nos régions et qui a tendance à  se banaliser. Bon nombres des débordement considérés comme « préoccupants » proviennent de commentaires que l’ont peut poster anonymement sur les articles en lignes des médias romands. Certaines personnes crachent leur haine sous pseudonyme sans que le commentaire ne soit supprimé, du moins pas dans des temps raisonnables, par les plateformes d’informations. Le problème c’est que les médias ne semblent pas vouloir mettre en place des systèmes de gestion de commentaire capables d’éviter les débordements. Et il est impossible pour l’association juive de remonter à  la source du pseudonyme sans passer par les tribunaux. Pour le président de la CICAD, Alain Bruno Lévy, il n’est cependant pas question de porter ces affaires devant la justice. L’association cherche donc à  dialoguer avec les médias afin de trouver des solutions, malgré la mauvaise volonté des sites web visés. Bref, prévenir plutôt que guérir.

 

En outre, pour la CICAD la lutte contre le racisme et l’antisémitisme doit se concevoir dans une approche d’éducation et de prévention. Selon le secrétaire général, Johanne Gurfinkiel, des initiatives restent à  prendre dans les établissements scolaires afin de prévenir les phénomènes de racisme et d’antisémitisme. Les cas survenus dans les écoles sont d’ailleurs bien souvent étouffés en interne sans être forcément réglés de manières adéquates. Et les familles n’osent généralement pas réagir face à  un acte raciste en milieux scolaire, de peur de créer des pressions dans les classes et de nuire, indirectement, à  la scolarité de leur enfant.

 

Bien évidemment, sur la centaine de cas déplorés pour 2009, il reste un nombre certainement élevé d’incidents à  caractère antisémite qui ne sont pas dénoncés aux autorités compétentes ni signalés à  la CICAD. Quoi qu’il en soit, à  tous les étages de la société, il est du devoir de chacun que de veiller au respect et à  la tolérance des autres, et ce, même sur internet, qui n’est pas loué à  devenir une zone de non droit.

 

En ce qui concerne la section commentaire présent ci-dessous, libre à  vous de vous exprimer ; sans excès 😉

 

Quentin Schwarz

 

 

Ähnliche Artikel