Tag Archives: technologie

Smartphone, ordinateur, dépendance, enfants … pas très bon ménage !

Tout le monde fait face à la technologie un jour ou l’autre. Que ce soit en voiture, en marchant dans la rue ou même dans notre propre maison. La technologie nous simplifie la vie au point d’en être dépendant. Est-ce que vous vous sentez mal à l’aise quand vous laissez votre portable à la maison ? Vous hâtez-vous d’y retourner pour vérifier vos réseaux sociaux ? Avez-vous l’impression d’être seul à la maison alors que votre enfant est dans la même pièce que vous ? Beaucoup de parents se sentent aujourd’hui impuissants pour faire accepter un temps limité devant les écrans à leurs enfants. Et vous ?

Ces dernières années, l’évolution rapide des technologies ne nous laisse plus le temps et la liberté de choisir la façon dont nous voulons vivre et gérer notre temps. L’ère du numérique a un grand impact sur notre vie quotidienne. Et cela va s’accélérer dans les prochaines années.

Selon Olivier Glassey, les risques de l’utilisation des nouvelles technologies sont nombreux. Ces dernières « prennent de plus en plus de place dans notre quotidien. Ce qu’on peut constater aujourd’hui, c’est que souvent on utilise les réseaux sociaux (Whatsapp, Facebook) pour dialoguer avec des personnes connues de la vie de tous les jours », explique-t-il.

Ce n’est pas vraiment une coupure, plutôt une continuité de la relation en continuant d’échanger numériquement. Selon notre interlocuteur, « recourir aux nouvelles technologies pourraient nous enlever l’envie de se rencontrer face à face ce qui est un des premiers risques. Les technologies créent une dépendance. Tout est à portée de mains. Mais nous devenons paradoxalement paresseux physiquement. Elles nous donnent aussi l’habitude de tout avoir dans l’instant. Elles nous obligent à être réactif dans l’immédiat. Cela provoque du stress et donne l’impression de n’avoir plus de temps pour soi. »

D’ailleurs, de plus en plus de personnes utilisent Internet pour faire leurs courses et quasiment tous les actes de la vie quotidienne, créant ainsi, un manque d’activité. Elles nous donnent « l’impression » d’avoir des contacts avec nos amis, avec le monde. Mais, seules, assises devant leurs écrans, on peut se demander si les personnes se rendent compte qu’elles s’isolent de leur environnement. Olivier Glassey dit d’ailleurs que l’utilisation excessive (plus de 2 ou 3 heures par jour) des nouvelles technologies nous empêche de faire des choses qui nous rendent réellement heureux que ce soit au niveau des loisirs, du travail ou des relations humaines. Cela peut mener à la dépression et à l’isolement social, entraînant parfois des problèmes au travail et au niveau familial.

Selon notre expert, « les plus exposés à ces conséquences sont les enfants et les jeunes d’aujourd’hui. Certains ne connaissent rien d’autre de la vie qu’ils voient sur les écrans. Sans contact physique et émotionnel, ils sont coupés de ce qui fait la réalité de la vie. Créant ainsi des problèmes de comportement et de manque d’énergie. »

Olivier Glassey nous fait d’ailleurs un petit comparatif entre la vie d’avant où le dialogue existait, où les enfants allaient jouer dehors. Selon lui, à cette époque, il y avait beaucoup moins de violence et plus de respect. « Maintenant, dit-il, les jeunes vivent dans un monde virtuel où la violence tient une grande place. Il n’y a plus de dialogue. La vraie communication a disparu. Les enfants passent plus de 3 heures et demie par jour devant les écrans. Le temps passé à l’extérieur s’est considérablement réduit. »

Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, travaille depuis des années sur les effets des images violentes sur les enfants. Il conseille qu’avant l’âge de 3 ans, l’enfant ne devrait pas du tout être en contact avec les écrans. Cela nuit à son développement cognitif.

Pour un bon développement psychomoteur, l’enfant a besoin d’expérimenter les choses de la vie avec ses 5 sens : la vue, l’odorat, le toucher, l’ouïe, le goût. Devant les écrans, seuls les yeux et les oreilles sont sollicités. Ce temps passé devant les écrans l’empêche surtout d’avoir d’autres activités et interactions avec les personnes qui l’entourent.

D’ailleurs, Madame B. – maman d’un adolescent que nous avons interviewé – se souvient. Lorsque son fils avait 10 ans, elle a dû se battre pour enlever la télévision car le dialogue entre eux n’existait plus et cela devenait invivable. Elle dit aussi que le temps passé devant les écrans coupe justement les jeunes du monde extérieur. Et qu’elle a dû diminuer l’utilisation des écrans par jour. Maintenant, il a le droit à 40 minutes durant la journée et cela facilite la vie de famille.

Serge Tisseron déconseille la console avant l’âge de 6 ans. C’est l’âge où l’enfant appréhende les 3 dimensions de l’espace. A cet âge, il vaut mieux privilégier le bricolage et les manipulations. C’est avec les mains qu’on apprend à penser et à créer.

Dès 9 ans, l’enfant peut gentiment commencer à surfer sur Internet. La présence d’un adulte est recommandée pour l’aider à différencier le virtuel du réel. A 12 ans, il devient difficile d’empêcher l’enfant d’utiliser seul Internet. Il est important de lui faire comprendre que l’écran est un support de communication qui permet de rester en contact. Surtout, avec des personnes de sa vie réelle. Dans le cadre scolaire, Serge Tisseron préconise d’alterner l’utilisation de l’écran avec le papier et le travail en groupe.

Apprendre à gérer son temps passé devant les écrans, tel est l’enjeu pour les enfants et les adolescents. Garder le contact avec le monde réel qui l’entoure. Ne pas s’isoler.

Pour conclure, tout le monde est d’accord. Psychologues, chercheurs, pédagogues, enseignants, parents : l’enfant doit passer moins de temps devant les écrans et y avoir accès le plus tard possible ! Mais, pris par une vie trépidante, les parents s’avouent souvent vaincus. L’arrivée de la technologie a créé des dépendances. Elle nous facilite la vie, mais en même temps son utilisation constante n’est pas le meilleur choix. C’est à chacun de gérer son temps passé devant les écrans, et à l’école de sensibiliser les enfants.

————————————————

Cet article a été écrit par trois élèves d’une classes de deuxième année dans le cadre des leçons de Culture Générale de l’école Pierre-Coullery à la Chaux-de-Fonds. Tink.ch les remercie, ainsi que leur enseignant, Julien Beuret.