Culture | 10.07.2015

Le créateur de X-Files à  Neuchâtel

Texte de Raphael Fleury | Photos de NIFFF
Chris Carter, le créateur de la série culte X-Files, est venu rencontrer le public mercredi au Théâtre du Passage à  Neuchâtel. Retour sur l'événement.
Photo: NIFFF

Un titre qui donne la chair de poule. Une série télévisée des années nonante tout simplement phare. Un générique à  la bande sonore culte. Plus de deux-cents épisodes faisant frémir de peur et de plaisir. X-Files : aux frontières du réel, c’est tout cela, et le NIFFF peut se targuer d’avoir reçu son célèbre créateur, Chris Carter, dans une salle pour le moins enthousiaste.

 

La mythologie X-Files

Chaussé de baskets Nike grises, vêtu de shorts et d’un polo rouge, la silhouette fine, Chris Carter avait les allures d’un sportif au Théâtre du Passage. « On vit dans Citizenfour (ndlr : film documentaire sur les révélations d’Edward Snowden au sujet de l’espionnage mondial de la NSA), on est sous le régime de Big Brother », a-t-il lancé, et la mythologie X-Files s’inscrit bien dans un tel monde ». C’est que six nouveaux épisodes sont en préparation, comme on le sait. Six nouveaux épisodes que les fans attendent impatiemment. « Le monde a beaucoup changé depuis les années nonante, surtout depuis les attentats de 2001″ a-t-il poursuivi. Et il y a une recrudescence de la peur du surnaturel ». Les nouveaux épisodes, semble-t-il, arriveront à  point nommé. A quoi s’attendre ? On ne peut rester dans la même veine. Il y aura de la matière nouvelle. On a essayé de recréer l’esprit de la série. On s’est efforcé d’être originaux. Bref, quitte à  frustrer le public, Chris Carter est resté langue de bois sur le sujet.

 

X-Files, de la science-fiction ?

« Enfant, j’étais un fan de science-fiction » a confié Chris Carter. La science fiction est pleine de mystère, et « on peut tous aimer le mystère parce que le monde est un mystère ». L’une des séries ayant marqué son enfance ? Night Gallery. Les séries qu’il regarde aujourd’hui ? Breaking Bad, Mad Men, The Fall. Un film l’ayant profondément marqué ? Birdman, Oscar du meilleur film et Oscar du meilleur réalisateur 2015. Ces derniers – Night Gallery mis à  part – ne tiennent pourtant rien de la science-fiction, contrairement à  X-Files. Contrairement à  X-Files ? « C’est drôle, a avancé Chris Carter, je ne voulais pas qu’on dise que X-Files est de la science fiction. Pour moi, c’est de la science de spéculation ».

Le cinquantenaire californien, après sa rencontre avec le public, devait encore, le soir venu, présenter au cinéma Bio quatre anciens épisodes de X-files. L’occasion pour les fans de voir la série culte sur grand écran, en attendant la saison dix qui doit paraître dans quelque deux-cents jours.