Politique | 31.03.2015

Taux de participation en baisse : «cette situation ne doit pas se reproduire»

À moins de trois semaines des élections municipales, la commune de Vernier (GE) espère mobiliser les étrangers à  voter davantage grâce à  la campagne "J'ai 8 ans, je vote dans ma commune". L'objectif semble pourtant difficile à  atteindre.
La campagne "J'ai 8 ans, je vote dans ma commune" a été mise en place par le Canton de Genève. Elle a pour but d'améliorer le taux de participation auprès des étrangers lors des élections communales.
Photo: République et Canton de Genève.

Avec 33.9% de participation, la commune de Vernier a affiché le plus faible taux du canton lors des votations municipales de 2011, électeurs étrangers inclus. Pour le maire de la commune genevoise, Thierry Apothéloz, il est important de changer la tendance et de solliciter l’aide de l’association « J’ai 8 ans, je vote dans ma commune ».

 

Queue de peloton

Cela fait 10 ans que l’initiative « j’y vis, j’y vote » a été acceptée par le peuple, donnant l’opportunité aux personnes étrangères vivant en Suisse depuis plus de 8 ans de participer aux élections communales en leur donnant le droit de vote. Mis en place par la Chancellerie d’Etat du canton de Genève, « J’ai 8 ans, je vote dans ma commune » est une campagne de communication qui a pour but d’améliorer le taux de participations à  l’occasion de cette troisième échéance électorale depuis l’acceptation de l’initiative.

 

«Il est important de renforcer le taux de participation aux élections municipales de la commune de Vernier, explique M. Apothéloz. Nous nous sommes retrouvés en queue de peloton il y a 4 ans. Cette situation ne doit pas se reproduire.» En effet, avec près de 50% d’étrangers vivants dans à  Vernier, l’enjeu est colossal : «il y a entre autres un grand intérêt d’intégration pour les étrangers» affirme le maire de la commune. Il est logique que ceux qui votent se sentent directement plus impliqués dans la vie communale.

 

Pas d’évolution

Cependant, «selon toute vraisemblance, le taux de participation des étrangers genevois pour les prochaines élections municipales ne devrait pas évoluer», explique le politologue Pascal Sciarini, et ce, malgré les efforts que fait le Canton avec sa campagne de sensibilisation. Et d’ajouter : «beaucoup d’étrangers viennent en Suisse avec comme objectif un retour dans leur pays tôt ou tard. Cela serait une bonne explication quant à  leur faible participation lors des votations

 

Lors de sa récente élection, la Présidente de la Confédération, Madame Simonetta Sommaruga, a rappelé l’importance de tout être dans notre démocratie : «Il n’existe aucun autre pays où les citoyens ont autant de pouvoir et de responsabilité». Encore faut-il glisser son bulletin de vote dans l’urne.

 


 

 

Faible participation

Depuis que les étrangers établis depuis 8 ans dans le canton de Genève peuvent voter, leur participation n’a jamais dépassé les 30% (en 2007 comme en 2011). Ces chiffres tombent à  22% pour les hispanophones et à  15% pour les lusitanophones, selon les chiffres de l’Office cantonal de la statistique. En comparaison internationale, les Allemands (51%), les Français (37%) et les Italiens (36%) font figure de bons élèves.