Culture | 24.02.2015

Les meilleurs courts-métrages s’affrontent à  Hollywood

Le principe du 48Hour Film Project: scénariser, filmer et monter un court-métrage en 48 heures. Du 26 février au 2 mars, les gagnants de toutes les villes rejoignent Hollywood pour une remise de prix. Aperçu de l'aventure avec l'équipe Faux Raccord, primée pour la meilleure réalisation avec «Sans laisser de traces», lors du 48Hour Film Project de Genève en novembre dernier.
48Hour Film Project se déroule dans des diazines de villes du monde. Du 26 février au 2 mars, les meilleurs courts-métrages s'affrontent lors d'une remise de prix à  Hollywood.
Photo: © Alexey Klementiev - Fotolia.com

«C’est vraiment une épreuve de vitesse et il faut savoir rester zen, témoigne Rémy, membre de l’équipe Faux Raccord. On ne peut rien prévoir à  l’avance parce qu’un genre, un personnage, un objet et une phrase nous sont imposés.» Le 48 Hour Film Project est une course artistique contre la montre. Un challenge audacieux qui consiste à  produire un court-métrage en deux jours. L’équipe Faux Raccord doit ainsi combiner un laveur de vitre, une règle, et la phrase « je ne toucherai pas à  ça », le tout dans un film noir.

 

Pour arriver à  ses fins, il faut de l’organisation, de la créativité et beaucoup d’énergie. «Pour commencer, nous avons rédigé le scénario, explique Camille. Pendant 20 minutes, chacun de nous a écrit ses idées en nous avons ensuite construit l’histoire à  partir de ces mini-scénarios.» Vendredi, 4 heures du matin, l’équipe se couche avant la longue journée de tournage qui les attend.

 

Ca tourne !

«Les premières scènes prennent toujours un temps fou à  tourner, raconte Claire. Du coup, il faut  être bien organisé pour avoir le temps de tout faire.» La stratégie gagnante pour Faux Raccord: limiter un maximum les déplacements et  simplifier les dialogues en utilisant une voix off. A l’instar d’Omid, certains membres de l’équipe ont passablement appris d’anciennes participations à  48Hour Film Project, comme l’explique Camille: «Omid coordonnait les choses pour s’assurer que nous respections le timing. Il nous a vraiment poussé pour arriver jusqu’au bout !»

 

Beaucoup de stress donc et peu de sommeil, mais aussi des rires comme le confirme Claire: «Humainement, c’est une expérience de dingue, on a des choses à  se raconter pendant des semaines !» Le résultat est bluffant et a convaincu le jury puisque l’équipe Faux Raccord a gagné le prix de la meilleure réalisation avec «Sans laisser de traces». A voir sur Youtube.

 

48 heures…

Produire un court métrage de A à  Z sur un week-end, c’est le principe du 48 Hour Film Project. Le concours s’adresse à  tous, amateurs et professionnels. Il s’agit d’écrire le scénario, tourner les scènes et monter le tout en 48 heures, montre en main. Chaque année, des dizaines de villes accueillent l’événement. Jusque là , plus de 25’000 films ont été soumis à  travers le monde. Les vainqueurs locaux gagnent le droit de rejoindre la grande finale mondiale où ils s’affronteront sans pitié. Le prix, une projection au festival de Cannes, 5’000$ et la gloire éternelle…