12.01.2015

Le savoir au masculin ?

Texte de Chloé Falcy | Photos de DR
Dans le milieu universitaire, une étude démontre que plus l'on monte dans la hiérarchie des postes, moins les femmes sont nombreuses. En cause, un «plafond de verre» qui semble toujours d'actualité.
Selon la Pr. Bielman Sanchez, la raison pour laquelle les femmes sont peu nombreuses aux postes d'enseignantes à  l'Université peut s'expliquer par l'existence d'un "plafond de verre", qui varie en fonction des branches d'étude.
Photo: DR

Si beaucoup se souviennent avoir eu une maîtresse à  l’école primaire, beaucoup d’étudiants-es des universités suisses se rappelleront, bien trop souvent, avoir eu un professeur – et sans « e ». Selon une étude menée en 2013 par l’Office fédéral de la statistique auprès des universités suisses, le taux de femmes baisse drastiquement à  l’aune de la hiérarchie des postes, toute discipline confondue. Si les sciences humaines tirent leur épingle du jeu, avec 30% des effectifs occupés par des femmes, les sciences dites « exactes » – chimie, physique, maths, sciences de la vie – présentent un taux professoral féminin de seulement 12%. Entre les deux, le droit, les sciences économiques, et la médecine présentent respectivement 25%, 15%, et 15% de femmes profs. Ces chiffres révèlent une inégalité persistante dans la répartition des postes à  responsabilité

 

Alors, à  qui, ou à  quoi la faute ? Anne Bielman Sanchez, professeure ordinaire et présidente de la section d’archéologie et des sciences de l’Antiquité à  l’Université de Lausanne, l’explique en ces termes : «Je pense que la raison principale derrière ces pourcentages, c’est le plafond de verre, ce qu’on ne voit pas mais qui empêche toutefois certains groupes de personnes d’accéder aux postes hiérarchiques les plus élevés.» Néanmoins, l’échelle de ce plafond varie en fonction des branches d’étude, modifiant ainsi le point critique de l’ascension académique. Selon le Pr. Bielman, «ce plafond ne se place pas au même niveau selon les facultés ou les domaines d’études, mais il existe partout. En Lettres, il se place davantage après la thèse qu’en médecine ou en sciences exactes, où il serait peut-être plutôt avant le doctorat.»

 

Les femmes, toutes des maîtres-assistantes ?

A la Faculté des lettres de Lausanne, on retrouve le taux d’environ 30% dans la quasi-totalité des sections, où les postes à  responsabilité et à  durée indéterminée de professeur associé et ordinaire, ainsi que de maître d’enseignement et de recherche, sont occupés en grande majorité par des hommes. La proportion la plus élevée de femmes dans le corps professoral concerne les postes de maître-assistant-es, qui sont, pour leur part, limités à  quatre ans. Dans cette catégorie, les femmes constituent plus de la moitié du personnel.

 

Le nombre sans cesse plus élevé de maîtres-assistantes indique peut-être que la tendance est en train de s’inverser. En effet, l’étude « Femmes et hommes dans les hautes écoles suisses», relève qu’au sein des universités, «la représentation féminine a augmenté de deux tiers depuis 2002». Pourtant, la Pr. Anne Bielman reste prudente: «Il y a une nette amélioration, mais qu’il conviendra de suivre: le plafond est peut-être seulement monté d’un cran. Peut-être qu’il se situe maintenant après le maître-assistanat, et non plus après la thèse.»

 

« Plafond de verre », un terme pour en cacher d’autres ?

Le « plafond de verre » représente la métaphore parfaite pour désigner cette pression invisible qui se cache encore dans nombre de filières professionnelles. Pourtant, au-delà  de l’expression, il y a la réalité fuyante d’un phénomène extrêmement complexe. Notre société est-elle toujours sexiste au point d’encourager les femmes à  rester en bas de l’échelle ? Cette explication simpliste ne saurait expliquer cet écart. Selon l’enquête de 2011 intitulée « De la haute école à  la vie active », il ressort que le sexe est l’une des dernières raisons invoquées pour justifier d’éventuelles difficultés des diplômé-es à  s’insérer dans la vie professionnelle, bien moins grande, en proportion, que l’expérience professionnelle insuffisante, les débouchés relatifs à  la branche, la filière d’études choisie, la conjoncture économique actuelle ou même l’âge.

 

D’aucuns invoqueront le facteur maternité, l’une des raisons principales du temps partiel chez les femmes. Cependant, d’après l’étude « Les personnes diplômées des hautes écoles sur le marché du travail », on concluait que « le fait d’avoir un enfant a une influence sur le taux de travail pour [les personnes des deux sexes] », même si « l’influence est cependant nettement plus marquée chez les femmes ».  Avec l’attention sans cesse plus marquée sur le congé maternité et paternité, ainsi que l’accueil de jour, les structures tendent à  s’adapter à  une époque où de plus en plus de femmes accèdent au monde professionnel.

 

 


 

Notre programme de formation

Cet article a été écrit par son auteur dans le cadre de notre formation annuelle au journalisme.

Le programme en quelques mots: En 2014, Tink.ch a mis sur pied un programme de formation annuel aux fondamentaux du journalisme. Bases de l’écriture d’un bon article, introduction aux différents genre journalistiques et à  la déontologie et exercices pratiques: tout ce qu’il faut savoir en 8 samedis.