Culture | 10.12.2014

Au revoir Bilbon, Gandalf et Legolas!

L'ultime volet de la trilogie du Hobbit, «La Bataille des Cinq Armées», sort mercredi 10 décembre dans les cinémas suisses. Très attendu, c'est avec beaucoup de nostalgie que l'on accueille ce dernier chapitre réalisée par Peter Jackson, adapté de l'S«uvre de J.R.R. Tolkien.
Maintenant qu'Erebor, l'ancien royaume des Nains, est libéré, tout le monde convoite les richesses qui s'y trouvent.
Photo: © Warner Bros. France

Comme le titre du film, La Bataille des Cinq Armées, l’indique d’emblée: c’est par une confrontation monumentale que se conclut le dernier volet de la saga du Hobbit.  Après avoir chassé le dragon Smaug de la montagne solitaire, Bilbon et les Nains se rendent compte qu’ils n’ont fait que réveiller le mal qui dormait dans l’animal. Smaug se venge en mettant à  feu et à  sang tout Lac-Ville et en tuant un grand nombre d’humains. Maintenant qu’Erebor, l’ancien royaume des Nains, est libéré, tout le monde convoite les richesses qui s’y trouvent. Les Nains, les Elfes, les Humains, mais aussi les Orques dirigés par les puissances obscures, veulent tous s’en accaparer. Les Nains doivent se battre pour le garder en leur possession. Une grande bataille décidera du sort de la montagne de la Terre du milieu.

 

 

Combat contre soi, combat pour sa terre

Le film reprend où le second volet – La désolation de Smaug – avait pris fin, c’est-à -dire en pleine action, action par ailleurs présente tout au long du troisième volet, rythmée par de nombreuses batailles violentes. Le film est très sombre, notamment par la présence du nécromancien Sauron. Malgré toute cette noirceur, les grandes valeurs enseignées dans ce film, tels que le courage, la loyauté, le sacrifice et l’amour illuminent les héros et leurs combats, qu’ils doivent parfois mener contre eux-mêmes. C’est le cas du Hobbit qui doit mentir à  son fidèle ami Thorin Ecu-de-Chêne pour le protéger ou même de Thorin lui-même qui devra apprendre à  lutter contre l’aveuglement et la folie provoqués par la possession de tant de richesse. Même si les deux compagnons d’aventure ont des combats individuels, c’est le combat pour la protection de l’ancien royaume des Nains qui réunira les deux amis. Un film à  regarder en IMAX afin de vivre toutes les sensations et se retrouver au milieu des batailles.

 

Nostalgie

Tout comme le Seigneur des Anneaux, Harry Potter et ou plus récemment Hunger Games, le Hobbit est devenu une saga cinématographique culte qui fait bondir de joie les fans de fantaisie et de science-fiction à  chaque sortie de film. Le succès de ces sagas est sans doute dû à  l’attachement du spectateur aux personnages, tels que Bilbon Sacquet, Gandalf ou encore Legolas. Présents aussi bien dans le Seigneur des Anneaux que dans le Hobbit, ces derniers ont su conquérir la sympathie du public. On aime suivre leurs aventures et l’on s’inquiète du sort que leurs péripéties leur réservent, en espérant toujours que l’issue sera heureuse.

 

Cet attachement a une face cachée: une fois la saga terminée, la joie fait place à  la nostalgie et les fans se trouvent obligés de les continuer dans leur imaginaire ou sur des sites internet spécialisés – comme Pottermore.com, consacré aux suites des aventures d’Harry Potter.

 

Pour Le Hobbit, la meilleure manière reste peut-être encore celle de lire ou relire l’Š«uvre monumentale de l’écrivain J.R.R Tolkien pour connaître tous les détails de l’histoire, impossible à  adapter entièrement au cinéma.