24.10.2014

Quand l’écriture dévoile l’ado

Texte de Nina Borcard | Photos de Nina Borcard
Dans son livre On est trop sérieux quand on a quinze ans, la linguiste et psychopédagogue Christine Barras nous délivre les réflexions, les idées noires mais aussi l'espoir du passage à  l'âge adulte, à  travers les sentiments de vingt adolescents dévoilés par l'écriture.
"On est trop sérieux quand on a quinze ans" de la linguiste et psychopédagogue Christine Barras.
Photo: Nina Borcard

« Sombre, vide, isolé, angoissant, haïssable« . C’est ainsi que les adolescents se représentent ce lieu que l’on appelle communément « présent« . Une fatigue de vivre, un passage à  l’âge adulte difficile, parfois impossible, l’omniprésence de la mort, la vie pleine de déception sont autant de sentiments qui ressortent de l’écriture chez les jeunes. En 2006, un projet est lancé au Cycle d’Orientation de la Broye: un concours sur le thème de l’écriture, comme moyen de la valoriser chez les jeunes. On est trop sérieux quand on a quinze ans réunit les textes des vingt lauréats entre 2006 et 2013. En publiant les plus beaux écrits, Christine Barras nous fait voyager dans le temps, celui de notre adolescence, tout en apportant d’intéressantes réflexions sur cette période difficile que l’on a tous vécue.

 

Des écrivains en herbe

Les jeunes parlent peut-être le plus souvent de la mort et du désespoir et c’est le cŠ«ur noué que le lecteur débute sa découverte. Mais c’est aussi abasourdi par la qualité de l’écriture qu’il lit ces magnifiques histoires et ne peut s’arrêter. Ces ados nous font réfléchir à  travers une parfaite expression. Les mots sont choisis méticuleusement. Certains nous délivrent même des poèmes à  faire songer à  Rimbaud. L’inspiration est là , du réel au féérique, c’est avec un style poétique que les jeunes se livrent.

 

Un peu d’histoire

Au-delà  des textes, Christine Barras délivre un intéressant message sur l’histoire du système scolaire. L’auteure retrace le passage du « Sois sage! » de l’école stricte d’antan au « Sois fou! » d’aujourd’hui. Elle raconte l’évolution de l’éducation: comment le « je » interdit où la réflexion de l’élève n’a aucunement sa place est devenu le « je » d’aujourd’hui sollicité par le professeur et engagé par l’écolier.

 

Educatif pour parents démunis

Christine Barras conclut clairement: « il n’y a dans ce livre aucune place pour une psychologie sauvage qui poserait un diagnostic » sur chacun de ces jeunes auteurs. Elle préfère y voir l’opportunité de s’adresser aux parents démunis face à  l’adolescence de leur enfant en rappelant l’essentiel: « rester ouvert au dialogue sans le provoquer, maintenir le cadre familial tout en sachant qu’il pourra être bousculé, être présent mais pas envahissant« . On croit toujours que la société d’autrefois était préférable et que les nouvelles générations sont en régression. Mais comme l’auteure nous le fait remarquer à  juste titre, « le passé est fantasmé« .

 

 

Partenariat


A l’occasion de la campagne annuelle de prévention du suicide, Tink.ch et l’association de prévention Stop Suicide s’associent pour parler d’un sujet souvent passé sous silence, ou mal abordé, le suicide chez les jeunes. Retrouvez ici notre article publié en septembre au sujet de la table ronde organisée par Stop Suicide sur le thème « Le rapport des adolescents à  la mort, au corps et à  l’écriture », à  laquelle Christine Barras était présente.