Culture | 08.10.2014

« Aujourd’hui, porter un t-shirt Superman, c’est tendance! »

Texte de René Progin | Photos de René Progin
Les 11 et 12 octobre aura lieu à  Morges le Swiss Fantasy Show, une convention de science-fiction et de fantastique qui s'inspire des fameux Comic Con américaines. Acteurs invités, stands, concours et animations sont au programme. Entretien avec Vincent Brügger, responsable de la communication.
Vincent Brügger, responsable communication du Swiss Fantasy Show: "Avant, porter un t-shirt Superman c'était la honte; avec les blockbusters récents, la science-fiction et le fantastique sont redevenus plus populaires en francophonie".
Photo: René Progin

Quels sont les points forts de cette deuxième édition?

C’est d’abord la grandeur. On s’était fait un peu avoir pour la première édition en 2012, où il y a eu plus de monde que prévu. Pour cette année, la taille de l’évènement a quadruplé. On attend plus de 5000 visiteurs, mais on est prêts à  en accueillir jusqu’à  12’000 en cas de besoin. Les gens ne se marcheront plus dessus.

Le but est de proposer une convention conviviale et agréable pour tous. Le Swiss Fantasy Show (SFS) ne doit pas devenir une rencontre commerciale. On aura des animations pour les enfants et les adultes, chacun y trouvera son compte. Les enfants pourront notamment essayer «l’académie Jedi»: apprentissage du sabre laser avant d’affronter Dark Vador! Avec 70 stands, il y a une grande diversité. L’autre point fort, ce sont les animations: on peut y passer deux jours sans s’ennuyer! Nous installerons pour ça une une grande scène, plus adaptée.

 

 

Justement, quelles animations sont au programme?

Elles seront nombreuses! La grande scène accueillera un concours de costumes le samedi, où on juge le vêtement, et un concours de cosplay le dimanche, où on juge la manière d’incarner un personnage. A coté, une tente accueillera des conteurs, des parties de jeu de loup-garou, des jeux de rôle. Au programme aussi, des jeux vidéos, des concours sur les stands, des quizz, des films projetés. De nombreux visiteurs viendront costumés, ce qui apporte beaucoup de couleur et de vie! Nous aurons plus de professionnels présents, dont des cascadeurs, et des acteurs de renom qui viendront parler de leurs projets.

 

 

Qui sont ces acteurs, et comment les rencontrer?

John Rhys Davies, qui a notamment joué Gimli dans Le Seigneur des Anneaux, sera là ; ainsi que Christopher Judge, Teal’c dans Stargate SG1 (le grand avec le symbole sur le front). On a aussi Adam Brown (Ori le nain dans The Hobbit) et Colin Baker (le Sixième Docteur dans Doctor Who). Ils seront là  pour des dédicaces et des séances photo, payantes: on n’a pas vraiment l’habitude de ça en Europe, mais dans le milieu c’est la manière de rémunérer les acteurs pour leur présence. Et nous avons fait en sorte de garder des tarifs tout-à -fait abordables. Il est possible d’acheter des préventes, afin de s’assurer une place.

 

 

Et les autres professionnels du milieu?

Beaucoup seront là ! Valérie Simon, qui a sorti presque vingt romans. Les Editions du Chat Noir, qui viennent de France avec quatre auteurs. On a aussi des graphistes, comme Raphael Dubesset qui a fait notre affiche et qui réalisera un tableau durant le weekend. Des cascadeurs suisses seront là  pour montrer comment ils travaillent.

Côté stands et expositions, nous accueillons la maison Greisinger, des Grisons, qui viendra avec une expo sur le monde de Tolkien. La Maison d’ailleurs, qui est un bon partenaire, présentera des pièces sur les superhéros qu’elle n’a pu placer dans son exposition temporaire. On a des papercrafts grandeur nature, dont un Goldorak de 4 mètres de haut ou un dragon de Game of Thrones!

 

 

Le principe des grandes conventions à  l’américaine fonctionne vraiment en Europe? Ce n’est pas un truc de geek?

Très bien, même! A Paris, la Comic Con et Japan Expo accueillent 300’000 visiteurs sur quatre jours; en Belgique, la F.A.C.T.S. accueille 25’000 visiteurs en deux jours. Le SFS est unique en Suisse, donc on pense que ça peut vraiment fonctionner.

Et le film fantastique a quand même fait un retour en force ces dix dernières années en Suisse romande et en France. Avec les films de superhéros, Le Seigneur des Anneaux, Matrix ou encore les grands blockbusters de science-fiction, on voit un changement. Avant, on osait moins dire que l’on aimait ces genres. Porter un t-shirt Superman, c’était la honte. Aujourd’hui, c’est tendance! Du coup, nous avons un public très hétéroclite, avec des personnes plus âgées qui connaissent Star Wars ou Jules Vernes depuis leur enfance, et des enfants qui ont découvert ces univers au travers de dessins-animés.

 

 

Et vous, comment êtes-vous venu à  travailler pour le Swiss Fantasy Show?

A la base, j’étais un grand fan de Star Wars. Pour la sortie de l’épisode III en 2005, on a eu l’idée avec des amis de créer une association fribourgeoise de fans. En 2010, on a proposé une exposition à  Fribourg, qui a bien fonctionné mais n’a pas eu de suite parce que le club était trop petit et qu’on faisait déjà  d’autres conventions en Europe. Je suis aussi un grand collectionneur d’objets originaux de films et de bonnes copies, je fais partie du forum SwissCollectors. C’est avec eux que nous avons décidé de relancer et d’agrandir ce qui avait été fait à  Fribourg. C’est ainsi qu’a eu lieu la première édition de Swiss Fantasy Show en 2012.

 

 

 


Partenariat

Tink.ch Romandie est partenaire du Swiss Fantasy Show, la convention suisse des fans de science-fiction et fantastique. Retrouvez avant, pendant et après l’évènement nos articles dans le dossier dédié!

Links