Culture | 09.07.2014

Frénésie japonaise

Texte de Raphael Fleury
«The Molesong : undercover agent Reiji", projeté au NIFFF samedi 5 juillet dans le cadre de la compétition internationale, est le dernier long-métrage d'un cinéaste japonais prolifique, Takashi Miike. Un homme dont la frénésie n'a d'égal que la singularité.
Le film est l'adaptation d'un manga, une adaptation « exubérante et clinquante ». Photo : NIFFF

Infatigable et frénétique. Deux qualificatifs définissant parfaitement le réalisateur Takashi Miike. En effet, l’homme est allé jusqu’à  tourner quatorze films en une seule année. Un exploit. Le Japonais est par ailleurs bien connu du NIFFF, puisque son formidable et décalé Ace Attorney a été projeté en 2012 dans la section New cinema from Asia. The Molesong : undercover agent Reiji, projeté samedi 5 juillet dans le cadre de la compétition internationale, est le dernier long-métrage du cinéaste.

 

Le chant de la taupe

L’agent Reiji est une taupe, d’où le titre The molesong, qui signifie le chant de la taupe. Sa mission ? Après avoir infiltré le clan de terribles yakuzas, les faire tomber. Le film est l’adaptation d’un manga, une adaptation « exubérante et clinquante », selon le NIFFF. Les mots ne sont pas trop forts : l’Š«uvre de Miike est un véritable ovni plein de couleurs et de furie, invitant même en son sein des segments de cartoon. Explosif !

 

Eclats de rire

Avec Takashi Miike, on ne s’ennuie jamais, et on rit beaucoup. En somme, tout ce qu’il faut pour réjouir les spectateurs. Si la furie parcourt son Š«uvre, celle-ci ne manque par ailleurs pas de provoquer des éclats de rire, par des situations grotesques, parfois même picaresques. Miike semble avoir trouvé les ingrédients et l’équilibre pour faire de ses films des moments hautement jouissifs. Bref, un régal.

 

The Molesong est un film à  voir de toute urgence. Et, frénétique comme l’est Takashi Miike, gageons qu’il sera très bientôt de retour au NIFFF. Peut-être même sera-t-il un jour l’un des invités d’honneur du festival.

 

Info


Une seconde projection du film aura lieu le jeudi 10 juillet au Temple du Bas.

 

Links

  • www.nifff.ch