Culture | 30.06.2014

Un rap fédérateur

Texte de Lucien Pannatier | Photos de Mélissa Burnier
La première soirée du Week-end au bord de l'eau sest -~annoncé comme la plus ensoleillée et la seule sans averse. Mais la chaleur n'a pas empêché de faire pleuvoir sur le public une averse d'énergie et de funk à  l'occasion du concert du rappeur Rootwords, samedi 28 juin.
Rootwords n'est pas (encore ?) un « grand », mais a probablement le potentiel pour le devenir. Elu Meilleur artiste underground aux RepreZent Awards en 2010, l'artiste a déjà  partagé la scène avec Cypress Hill ou encore IAM.
Photo: Mélissa Burnier

Une batterie, une basse diabolique, un clavier et un ordinateur. De son vrai nom Julio M. Nkowane, Rootwords est bien entouré sur scène samedi soir au Week-end au bord de l’eau. S’il est difficile de définir le style du rappeur, jonglant entre soul, funk, reggae, et sons électroniques, le mélange reste néanmoins cohérent du début à  la fin du concert: Rootwords offre un concert sans temps mort, sans fausse note, dans le cadre quasi idyllique du bord du lac de Géronde.

 

Des influences variées

Les nombreuses influences musicales qu’il lie tout au long du concert ont l’avantage de plaire à  des spectateurs de différents horizons et préférences musicales. Cela se retrouve aussi dans ses paroles, qui expriment l’attachement au multiculturalisme du rappeur genevois, né aux Etats-Unis. Communiquant sa bonne humeur et sa joie de participer au festival sierrois, il dialogue avec le public et n’hésite pas à  le solliciter pour ses morceaux.

 

Investi dans le hip-hop depuis l’âge de 16 ans, Rootwords possède, dans sa bibliothèque musicale, de nombreuses pistes aux rythmes entêtants et aux refrains accrocheurs. C’est sûrement grâce à  cela que le rappeur réussit à  réunir la foule du Week-end au bord de l’eau, auparavant plus occupée à  commander des bières et des rouleaux de printemps aux nombreux stands du festival.

 

S’il y a un élément musical à  se souvenir de notre hôte ce soir-là , c’est probablement le bassiste qui, bien que relativement discret, a offert une performance de haute qualité. Pas de perte de rythme, une énergie sans fin, un groove bien dosé et une distorsion puissante.

 

Pas encore un grand…

Rootwords n’est pas (encore ?) un « grand », mais  a probablement le potentiel pour le devenir. Elu Meilleur artiste underground aux RepreZent Awards en 2010, l’artiste a déjà  partagé la scène avec Cypress Hill ou encore IAM. Son premier album, «The Rush», est sorti en Suisse le 28 mars 2014.

 

Bien que le temps se soit un peu dégradé en suite de soirée, le rap fédérateur et multi-genres de Rootwords a su réveiller les festivaliers et leur offrir un très bon début de soirée.  Nul doute que si la pluie avait débuté plus tôt, les gens se seraient quand même réunis pour apprécier le concert de Julio M. Nkowane.