Culture | 06.06.2014

Ska-P & Pixies : le public s’en est pris plein la tronche !

Texte de Olia Marincek | Photos de © Mélissa Burnier
Malgré une météo pour le moins capricieuse, les Espagnols de Ska-P et les mythiques Pixies ont réussi l'exploit de donner le coup d'envoi en beauté de l'édition 2014 du Caribana Festival, à  Crans-Près-Celigny.
Photo: © Mélissa Burnier

Le succès a été assuré pour ces deux groupes à  la longévité exceptionnelle dans l’industrie musicale. A Crans-Près-Celigny, les madrilènes de Ska-P ont eu la tâche difficile d’ouvrir les festivités sous une pluie torrentielle, sur la Grande Scène. Malgré cela, le public s’est rapidement rassemblé devant de la scène, créant une foule vêtue de cirés blancs généreusement – et heureusement – fournis par le festival.

 

Fiesta endiablée…

Avec presque une heure de retard, et alors que leur dernier album 99% est sorti en 2013, les joyeux Ibères ont plutôt privilégié leurs succès de longue date, tels que Cannabis, Verguenza ou Intifada, dans un esprit rassembleur qui a enchanté les fans venus de tous horizons.

 

Par chance, les nuages eux-mêmes ont fini par se disperser et laisser un peu de répit aux festivaliers au fil du concert, éclairant même la scène d’un petit rayon de soleil. Ambiance festive et bonne humeur, fidèles à  eux-mêmes, les Espagnols ont donc parfaitement rempli leur mission, et insufflé un vent de joyeuse rébellion. C’est sans doute ce qui a fait passer la pilule auprès d’un public trempé et transi.

 

VS show monumental

Atmosphère différente lors de l’arrivée du mastodonte américain Pixies, sur le coup des 23 heures. Après un répit de courte durée, car la pluie s’est remise à  tomber, le public a fait preuve de davantage de sérieux. Rejoints pour la saison des festivals par la charismatique bassiste Paz Lenchantin, qui a notamment Š«uvré pour le groupe A Perfect Circle, les trois compères Joey Santiago, Black Francis et David Lovering ont livré un spectacle monumental. Augmentation aussi du nombre de fans venus assister au concert, remplissant l’espace disponible devant la scène. Mais si le show des Pixies contraste tellement avec celui de Ska-P en ouverture, c’est surtout parce qu’il semble être d’avantage l’apanage des fans de longue date, moins accessible aux novices et dénué du sens de l’autodérision cher aux Espagnols.

 

Un show qui laisse une impression certes forte, mais où le public remplit davantage son rôle de spectateur, et où la joie et la bonne humeur semblent davantage manquer. Malgré tout, sautiller dans tous les sens sur les rythmes endiablés des Madrilènes de Ska-P, puis écouter religieusement Pixies n’est pas forcément incompatible, preuve s’il en est que le public s’est réuni en masse autour des Américains.

 

Un bel exploit

Pour cette première soirée, le Caribana n’avait hélas de tropical que le nom. Les deux têtes d’affiche ont toutefois parfaitement joué leur rôle, rassemblant leurs fidèles dans des conditions climatiques peu faciles. Si l’on peut regretter le manque de continuité au niveau de l’ambiance, le choix des programmateurs s’est cependant avéré payant, puisqu’ils ont pu tabler sur une belle fréquentation, et surtout sur le sourire des fans. Au fond, c’est déjà  un bel exploit, pour l’un des tous premiers festivals de l’été.