Culture | 23.06.2014

La nationalité des Romands questionnée à  la Maison du Dessin de Presse

Texte de Joëlle Misson | Photos de © Joëlle Misson
Jusqu'au 17 août, la Maison du Dessin de Presse de Morges expose «Les Romands sont-ils Suisses?», en réaction au vote du 9 février. Rassemblant les dessins de près d'une trentaine de dessinateurs, l'exposition met en exergue le clivage romand-alémanique.
Sans surprise, l'armée, la Suisse et l'UE, l'UDC, Christoph Blocher ou Erasmus font aussi partie du lot, bien même si la dynamique relationnelle entre Welches et Schwitzerdütsch monopolise le propos.
Photo: © Joëlle Misson

Quatre mois après, le 9 février 2014 n’en finit toujours pas de faire parler de lui. Déjà  décliné de manière picturale dans la presse quotidienne, le résultat de l’initiative UDC fait aujourd’hui l’objet d’une exposition à  la Maison du Dessin de Presse (MDP) de Morges. C’est sous le titre «Les Romands sont-ils Suisses ?» que plus près de trente illustrateurs romands prêtent leur patte pour parler Suisse. Leurs dessins sont exposés jusqu’au 17 août.

 

Röstigraben

Parmi les thématiques récurrentes, le clivage romand-alémanique symbolisé par la fameuse barrière de rösti prend la première place. Si les dessinateurs ont été invités à  s’exprimer sur les conséquences du vote du 9 février, ces dernières ne constituent ainsi pas l’essentiel de l’exposition. Très peu de dessins d’ailleurs évoqent l’immigration. En provenance de l’étranger tout du moins. Détournée, elle est plutôt mise en scène en ce qui concerne les romands sur leur propre territoire. Les relations entre l’est et l’ouest de la Suisse en prennent pour leur grade.

 

Sans surprise, l’armée, la Suisse et l’UE, l’UDC, Christoph Blocher ou Erasmus font aussi partie du lot, bien même si la dynamique relationnelle entre Welches et Schwitzerdütsch monopolise le propos. A de multiples reprises, le Romand est représenté comme l’otage de  «l’ogre alémanique», à  l’image des dessins de Samuel Embleton, Vincent l’Epée, Swen ou encore Oger. Chez ce dernier cependant, le «grand frère» alémanique est ridiculisé par le géant voisin allemand.

 

Alex, le dessinateur fribourgeois de la Liberté, surfe même sur l’actu brûlante en mettant en scène Christoph Blocher aux commandes du diagnostic préimplantatoire (DPI). Avec cette bulle: «S’il y a des gènes romands, ça il faut éliminer !!»

Et le dessinateur genevois attitré du Matin, Ben, ajoute un peu d’auto-dérision à  la frustration sous-jacente palpable des Romands à  l’égard des alémaniques. Avec un dessin intitulé «Les Romands, champions de l’alcool au volant» il représente un Welche bien éméché qui déclare: «Vous voyez que vous ne pouvez pas être meilleurs en tout ! »

 

 

Faire rire et réfléchir

Bien qu’elle mette en scène des clichés plutôt fondés, aucune méchanceté n’émane des dessins exposés. Comme l’exprimait Herrmann dans nos colonnes, «l’humour ne doit jamais dépasser les bornes, il doit les déplacer.» Etre drôle, tout en faisant réfléchir, cela semble être la vocation du dessin de presse. Un but qui semble atteint pour cette exposition.