Culture | 11.04.2014

Eclectisme musical

Texte de Ella Nsg. | Photos de Ashley Bandade
Robert Glasper Experiment était le 7 avril au Cully Jazz pour le plus grand plaisir des amateurs musique urbaine, présents au rendez-vous.
  • Robert Glasper Experiment le 7 avril au Cully Jazz Festival

    Photo: - 1 / 11

  • Robert Glasper Experiment le 7 avril au Cully Jazz Festival

    Photo: - 2 / 11

  • Robert Glasper Experiment le 7 avril au Cully Jazz Festival

    Photo: - 3 / 11

  • Robert Glasper Experiment le 7 avril au Cully Jazz Festival

    Photo: - 4 / 11

  • Robert Glasper Experiment le 7 avril au Cully Jazz Festival

    Photo: - 5 / 11

  • Robert Glasper Experiment le 7 avril au Cully Jazz Festival

    Photo: - 6 / 11

  • Robert Glasper Experiment le 7 avril au Cully Jazz Festival

    Photo: - 7 / 11

  • Robert Glasper Experiment le 7 avril au Cully Jazz Festival

    Photo: - 8 / 11

  • Robert Glasper Experiment le 7 avril au Cully Jazz Festival

    Photo: - 9 / 11

  • Robert Glasper Experiment le 7 avril au Cully Jazz Festival

    Photo: - 10 / 11

  • Robert Glasper Experiment le 7 avril au Cully Jazz Festival

    Photo: - 11 / 11

Le Cully Jazz Festival a une nouvelle fois accueilli sur scène ces musiciens chimistes de renommée qui composent le Robert Glasper Experiment. Ces derniers ont présenté à un public friand de sensation rythmique leur deuxième album Black Radio 2, qui s’inscrit parfaitement dans la continuité du précédent, du même nom.

Avec l’hermétisme et l’intellectualisme du jazz conjugué à une dimension soul et hip-hop, sans oublier l’incorporation de la touche R’n’B, le Robert Glasper Experiment a rappelé par l’entremise de sa performance de qualité qu’il excellait encore et toujours dans l’éclectisme musical. Et ce, pour le plus grand bonheur des oreilles mais aussi des yeux.

Lors de sa dernière visite dans la petite contrée vinicole du Lavaux en 2012 à l’occasion de la 30ème édition du Festival, les absences scéniques à répétition du pianiste et leader Robert Glasper avaient laissé un goût amer à bon nombre de spectateurs. Mais cette fois-ci, malgré les quelques problèmes techniques sonores rencontrés, l’artiste, présent et investi, a préféré arborer sous les projecteurs son plus beau costume de showman.