19.03.2014

Un chargeur universel au service de l’environnement

Après plus de cinq ans de discussions, l'Union Européenne (UE) impose un chargeur universel pour smartphones, tablettes et GPS. Les acteurs concernés ont jusqu'en 2017 pour adopter la directive qui vise premièrement la protection de l'environnement.
Le premier objectif de cette mesure est la protection de l'environnement grâce à  la diminution du nombre de câbles.
Photo: © fotocvet - Fotolia.com

Le déploiement d’un chargeur universel en Europe est l’un des rêves des parlementaires de Bruxelles depuis 2009. Les discussions n’avaient, jusqu’à  aujourd’hui, jamais abouti à  un accord. La votation du 13 mars dernier donne un délai de deux ans aux gouvernements pour modifier leur législature et un an supplémentaire aux constructeurs pour produire des chargeurs compatibles.

 

Réduire l’impact sur l’environnement

Le but principal de ce grand projet est avant tout de réduire la quantité de déchets électroniques. Aujourd’hui, un chargeur est fourni d’office par le fabricant lors de l’achat de tout nouveau téléphone ou autre appareil tel que tablette ou ordinateur. La conséquence : un amoncellement de chargeurs inutilisés jetés à  la poubelle ou stockés dans un vieux carton. Peu nombreux sont les utilisateurs qui se donnent la peine de les ramener chez un revendeur.

 

Le choix de la norme

Le texte concerné par la votation définira précisément le format des deux extrémités du chargeur : la prise secteur 220V et le branchement à  l’appareil. L’UE donne la possibilité aux constructeurs de trouver une solution entre eux, mais tranchera en imposant ses idées en cas de désaccord. Pour le moment, un Memorandum d’entente (convention indiquant une idée d’action commune entre plusieurs parties) a été signé par de nombreux constructeurs, inconnus à  ce jour. Si aucune décision n’est encore arrêtée, on peut toutefois être sûr que le connecteur sera réversible (ce qui signifie qu’il se branche dans les deux sens), comme celui qu’Apple propose depuis 2012.

 

L’USB étant souvent synonyme de transfert de données entre appareils, on pouvait s’attendre à  ce que le texte de l’UE le mentionne. Or, il n’en est rien. Caroline Sauser, attachée de presse de l’OFCOM (Office Fédéral des Communications)a son explication: « Avec la croissance du cloud, la synchronisation câblée est dépassée. Il est donc inutile de réfléchir à  normaliser ce protocole. Chaque fabricant sera libre, s’il le désire, de l’implémenter comme il le désire. »

 

La Suisse dans les discussions

La Suisse ne faisant pas partie de l’UE, elle n’avait pas son mot à  dire dans les négociations. Ce n’est pas pour autant que la norme n’y entrera pas en vigueur. Dans la grande majorité des cas, la Suisse s’aligne sur les standards européens. De manière générale, le marché Suisse est trop petit pour faire bande à  part. L’application de la directive nécessitera une adaptation de la législation, au même titre que tous les pays de l’UE.

 

Interdiscount, seul magasin multimédia qui a répondu à  la demande, pense « qu’un tel chargeur universel pour smartphone présente un avantage de taille pour le client. C’est pourquoi nous restons ouverts à  cette nouveauté. »

 

Obsolescence de chargeur

La vitesse de la croissance de l’industrie du multimédia peut nous amener à  interroger l’utilité d’un tel standard. A quoi sert-il si de nouvelles technologies permettent la création de chargeurs plus performants dans quelques années et que les anciens deviennent archaïques ? D’après Caroline Sauser, il n’y a pas de solution miracle. Il serait impensable de freiner l’innovation technologique pour des raisons environnementales. Caroline Sauser rassure toutefois les consommateurs : « La rétro-compatibilité sera en tous les cas assurée. Il n’y aura aucun problème à  charger d’anciens appareils avec de nouveaux chargeurs. » En tant que consommateur, on ne peut que saluer cette décision qui nous permet d’être seuls maîtres dans la fréquence de renouvellement de ses chargeurs.

 


 

Apple doit aussi s’aligner

Apple, principale concernée par le déploiement d’un chargeur universel, ne souhaite pas réagir à  la votation. La marque à  la pomme met un point d’honneur à  contrôler la totalité des composants de son écosystème. Pour cela, elle a fait une proposition de câble supplémentaire faisant l’interface entre son câble propriétaire et le standard à  l’UE. Cette dernière a été refusée, car le but de la norme est justement de limiter le nombre de ces câbles.

On rappelle que sous la pression de l’UE, la marque à  la pomme propose, depuis la commercialisation de son nouveau connecteur propriétaire Lightning, un adaptateur vers micro USB.

 

Ähnliche Artikel