Sport | 12.02.2014

Trois questions à … Michel Pont :  » Il faut profiter du potentiel de Fribourg! « 

Texte de Jonas Ruffieux | Photos de Jonas Ruffieux
Présent à  l'assemblée du FC Fribourg pour souligner l'importance du mouvement junior, Michel Pont, l'adjoint d'Ottmar Hitzfeld, s'exprime sur le foot fribourgeois et ses projets.
" Il n'y a pas partout un potentiel comparable à  celui du FC Fribourg. Il faut impérativement en profiter ! "
Photo: Jonas Ruffieux

Tink.ch : Vous êtes ici pour souligner l’importance du mouvement junior, qu’espérez-vous de celui du FC Fribourg ?

Michel Pont: Fribourg est une pépinière de talent. Le fleuron fribourgeois doit revivre, trouver le bon équilibre avec le team AFF (Association fribourgeoise de football). Beaucoup de jeunes talents s’exilent à  Berne ou à  Neuchâtel. Il faut tout faire pour garder ces jeunes à  Fribourg, et là , on pourra regarder plus loin avec la 1ère équipe ! Il n’y a pas partout un potentiel comparable à  celui du FC Fribourg. Il faut impérativement en profiter !

 

On ne voit quasiment jamais de Fribourgeois en équipe nationale… Que pensez-vous de Yvon Mvogo, qui profite de la blessure de Marco Wölfli pour s’imposer dans les buts bernois et des frères Schneuwly, qui font actuellement les beaux jours du FC Thoune ?

Yvon est en train de montrer tout son potentiel. Il a eu beaucoup de chance de pouvoir défendre les goals en tant que titulaire malgré son jeune âge (20 ans). Il a démontré sa force physique, maintenant il faut qu’il prouve aussi qu’il est très fort dans sa tête, et là , il sera vraiment bon. Cela ne m’étonnerait pas qu’il reçoive une convocation en équipe nationale dans quelques années.

 

Les deux frères Schneuwly sont excellents, mais j’estime que Marco a plus de potentiel. Pour nous, un joueur qui marque est obligatoirement un joueur intéressant. Malheureusement pour lui, il est en concurrence au poste d’attaquant de pointe avec des joueurs prometteurs et talentueux, tels Haris Seferovic ou Josip Drmic qui se sont imposés dans l’équipe nationale. Nous préférons miser sur l’avenir, donc sur la jeunesse.

 

Au niveau personnel, quels sont vos plans après le Mondial 2014 au Brésil ?

Tout d’abord, j’avoue avoir été ébranlé par la décision d’engager Vladimir Petkovic en tant que sélectionneur. J’estimais être en première ligne, je voulais ce poste et je pensais le mériter… Les choix sont les choix, tout cela est du passé, j’ai digéré et je suis passé à  autre chose. J’aimerais maintenant sortir par la plus grande porte possible après la Coupe du monde, je me focalise à  400% là -dessus. Je verrai ensuite pour mon avenir.

Ähnliche Artikel