Sport | 19.02.2014

Convoi historique d’athlètes suisses

Texte de Joëlle Misson | Photos de DR
Avec 163 sportifs, la Confédération a envoyé sa plus grande délégation de tous les temps aux JO. Quelles sont les raisons de cette explosion d'athlètes suisses à  Sotchi ?
Deux équipes de hockey et plusieurs nouvelles disciplines : ce sont les principales raisons de l'afflux suisse aux JO 2014.
Photo: DR

163 athlètes. Cette année, la Suisse a envoyé à  Sotchi sa plus grande délégation de sportifs jamais atteinte aux Jeux Olympiques d’hiver. Daniel Stegmann, responsable communication chez Swiss Olympic, voit deux raisons à  cela: tout d’abord la sélection de deux équipes de hockey sur glace augmente considérablement le nombre d’athlètes helvétiques à  la messe internationale du sport. Deuxièmement, « de nouvelles disciplines ont fait leur apparition, comme le slopestyle ou le half-pipe. Et nous avons plusieurs athlètes dans ces branches. »

 

Nombreux ou pas, les Suisses ont toujours occupé le haut du classement des JO d’hiver. « Une question de tradition », d’après Daniel Stegmann, qui concède que la proximité des montagnes a pour avantage de faire des Suisses des sportifs naturellement doués pour les sports des neiges. Il cite le cas de Dario Cologna, déjà  deux médailles d’or à  son actif, en ski de fond: « ce n’est pas un hasard s’il a gagné: le canton des Grisons possède de nombreux plateaux » qui favorisent l’entraînement.

 

La Suisse sous de bons augures

Le porte-parole de Swiss Olympic n’exclut d’ailleurs pas que le jeune homme de 27 ans remporte encore une médaille d’ici la fin des compétitions. Au téléphone, le 17 février, il prédisait l’argent de Beat Hefti en bobsleigh et la médaille de Patrizia Kummer en snowboard (elle a remporté l’or le 19 février). La Confédération, 6 médailles d’or à  ce jour, a-t-elle des chances de gagner encore l’or pour peut-être battre son propre record détenu à  Vancouver il y a quatre ans ? « Chez Swiss Olympics, nous préférons parler du nombre de médailles en tout. Bien sûr, si elles sont en or, c’est mieux. Et il y a toujours de bonnes surprises. » Et l’homme de rappeler l’exemple du Grison Sandro Viletta, alors qu’il l’attendait à  l’aéroport de Zurich: « Personne n’avait prédit sa médaille! »

 




Les enfants immigrés au ski

En football, on ne se pose même plus la question: l’équipe suisse comprend pléthore de joueurs issus de l’immigration. Est-ce que le phénomène s’observe aussi dans les sports d’hiver ? « A regarder la liste des noms d’athlètes actuellement à  Sotchi, on se rend compte que ce n’est pas le cas », rétorque Daniel Stegmann.

 

C’est exactement la raison pour laquelle Swiss Ski, association faîtière qui réunit huit disciplines sous l’égide de la maison du Sport, a instauré depuis 10 ans déjà  les Journées « Plaisir de la neige ». Au total, 3000 enfants en bénéficient en 2014, et le double est prévu pour 2015. Ces sorties ont pour but d’offrir aux enfants des villes, et en particulier à  ceux issus de l’immigration, l’accès aux pistes de ski pour une journée de sport et d’amusement. Les statistiques manquent quant à  l’impact de ces journées de neige, mais pour Gary Furrer, directeur des sports de loisirs chez Swiss Ski, « nous devons commencer par là  car c’est la seule possibilité pour ces enfants de monter sur des skis ».

Ähnliche Artikel