16.10.2013

Finlande: terre de contrastes!

Texte de Chiara Meynet | Photos de Chiara Meynet
Troisième épisode des aventures de Chiara, en séjour Erasmus à  Turku, en Finlande !
Il n'y a que dans un pays tel que la Finlande que la météo un est sujet socialement acceptable !
Photo: Chiara Meynet

Il n’y a que dans un pays de tels extrêmes que la météo est un sujet de discussion socialement acceptable ! Après un an sous ces latitudes,  » intemporel  » est le mot qui qualifierait le mieux le temps qu’il fait. Emprisonnés, au mois de novembre, sous une lourde chape de plomb que percent péniblement quelques timides rayons, au mois de juin, une lumière chatoyante s’invite à  toute heure du jour et de la « nuit » : dans les deux cas, le repère temporel est chamboulé. A défaut de soleil, les finlandais ont alors recours à  un nombre invraisemblable de « Flag Days » pour garder le décompte des jours. Rappelons que la Finlande est un pays extrêmement jeune, dont l’indépendance n’a pas cent ans ! De ce fait, le pays se cherche encore une identité, un passé glorieux et une histoire qui lui permettrait de se différencier de ses menaçants voisins, la Suède et la Russie. C’est donc avec régularité que les drapeaux s’élèvent dans le ciel pour célébrer tel peintre ou tel écrivain, si ce n’est commémorer une bataille ou un grand homme politique. La valse des drapeaux suit un court imperturbable, sous les yeux étonnés des étudiants étrangers qui renoncent bien vite à  en tenir le calendrier.

 

En revanche, s’il est une chose que les finlandais auraient pu célébrer par un lever de drapeau, c’est bien leur passion aussi inattendue qu’étrange pour… le karaoké ! Voilà  de quoi contredire leur timidité légendaire ! Car il n’est de soirées ou de concerts qui ne se finissent par un karaoké bien alcoolisé où les barrières sociales, aussi bien que les notes, volent en éclats. Oh Finlande, terre de contrastes ! Et l’inattendu ne s’arrête pas en si bon chemin, car si la Finlande est surtout connue pour être le berceau du heavy metal, elle comprend aussi des mordus de tango, passionnés au point d’en inventer leur propre variante ! On imagine souvent le Nord glacial fait d’austérité, dont l’économie (de paroles, de gestes…) est le maître mot. Et pourtant ! Chant et danse font partie du quotidien. J’assiste à  une scène typique alors même que j’écris ces quelques lignes, quelque part sur la mer Baltique entre la Finlande et la Suède. Installée dans un café, j’observe autour de moi les finlandais qui, assis face à  face, sirotent leurs boissons en échangeant quelques paroles parcimonieuses, alors que d’autres, souvent âgés, l’Š«il un peu triste, font les piliers de bar. Soudain, la musique démarre et les corps lourds se lèvent, se meuvent dans les airs avec une élégance insoupçonnée. Le contact se fait spontanément et la valse démarre. Sur un air revisité de Georgette Plana (« E viva Espana ! »), quelques couples âgés se déhanchent furieusement. Ambiance…

 

Que dire donc de la prétendue timidité des finlandais, si ce n’est que leur sobriété est bien peu comprise sous cet étiquetage. Mon expérience me l’a montré maintes fois. Sitôt mon statut d’étrangère mis à  découvert – fait plutôt rapide vu ma piètre compréhension du finnois ! -, la curiosité des habitants s’éveille par de multiples questions, dont la plus récurrente consiste à  éclaircir le mystère de ma présence en ces contrées lointaines : pourquoi un étranger viendrait-il de son plein gré subir un hiver finlandais ? S’ensuit un débat interminable où je tente de leur décrire les atouts d’une Finlande résolument attractive pour l’étranger. Autre surprise : ce sont donc les Finlandais eux-mêmes qui véhiculent le plus de stéréotypes négatifs à  l’encontre de leur pays ! Que n’ai-je pas entendu des femmes se plaindre de l’austérité de leurs maris, se moquant gentiment de leur sort : « un jour, un finlandais aimait tellement sa femme qu’il a failli le lui dire ! »

Ähnliche Artikel