Culture | 10.09.2013

Le gros fait le plein

Pour sa 22ème édition au Noirmont, le Chant Du Gros a battu un record d'affluence. La saison des festivals musicaux touchant à  sa fin, cette édition restera dans les annales.
Un Raphael imprévisible qui a clairement montré que son nouvel album marquait un changement radical de style.
Photo: © Vincent Allemandet

Pour sa vingt-deuxième édition, le Chant Du Gros a battu des records. Du 5 au 7 septembre, le festival du Noirmont n’a pas trouvé mieux que d’afficher soldout les trois soirs. Ce résultat est celui d’une programmation alliant grosses têtes d’affiches, nouveautés, métissage et talent d’organisation. Les pâtures jurassiennes ont une fois de plus montré de quel bois elles se chauffent. Retour sur un événement incontournable dans le Jura et sur ses grandes têtes d’affiche.

 

Des grands noms sur la sainte scène

« Quand on est à  la maison, ça va bien. » Ces mots sont ceux du groupe IAM et cette phrase veut tout dire. Les rappeurs phocéens ont, en compagnie de Youssoupha, contenté les amateurs de rap français durant ces trois jours. La formation d’Akhenaton se joue des modes et conforte son statut de monstre sacré, sillonnant entre les titres de leur dernier album Arts Martiens et les classiques du légendaire L’École du micro d’argent.

 

Du coté des leaders de charts, Zaz, Superbus et Raphael étaient la cause de la venue d’une population moins habituée à  ce genre de manifestation. On se faufilait avec plus ou moins d’aisance pour voir l’interprète du titre « Je veux » : « parce quelle est pas bien grande, alors il faut être devant pour bien la voir » dixit une maman à  sa fille, toutes deux lancées dans une course folle à  la meilleure place.

 

Raphael, élément imprévisible de cette équation du fait de ses prestations en dents de scie, a clairement montré que son nouvel album (Super Welter) marquait un changement radical de style. Fini les tubes et la soupe commerciale, l’auteur compositeur prend le risque de faire ce qu’il lui plaît, d’innover et de rallier des contrées plus rock et élitistes. Sa prestation en a fait les frais, laissant une impression mitigée auprès des spectateurs venu majoritairement voir « l’ancien rapha ».

 

La preuve du record par les chiffres

36’000 festivaliers ont convergé vers le Noirmont durant ces trois jours, un véritable record d’après Gilles Pierre, directeur du festival. Ce dernier a informé durant la conférence de presse que plus de 2000 enfants avaient été dénombrés sur le site: la relève est donc déjà  belle et bien en route. Ce chiffre démontre aussi la dimension familiale de la manifestation, qui a contenté tous les goûts grâce à  plus de 30 artistes présents en 3 jours. Innovant sans cesse, les organisateurs ont investi cette année dans un nouveau système de son, afin de fournir une expérience toujours meilleure aux spectateurs.

 

Fière de son succès, Gilles a promis de nouvelles surprises pour l’édition 2014 du Chant Du Gros qui aura lieu les 4, 5 et 6 septembre de l’année prochaine. La saison des festivals se termine sur une ode à  la diversité musicale et la preuve que les spectateurs sont de plus en plus nombreux quand il s’agit de musique live. Une petite souris nous a soufflé le nom de Jean-Louis Aubert quand nous lui avons demandé qui serait hypothétiquement présent l’année prochaine, mais cela reste une parole de rongeur. En attendant la suite des pronostics, gageons que le Noirmont saura, quoi qu’il arrive, une fois de plus nous surprendre.