Culture | 04.09.2013

1D a converti le monde!

Texte de Joëlle Misson
«One way, or another, I'm gonna find you, I'm gonna get you get you get you get you, one way or another...» Ce qui est certain c'est que «d'une manière ou d'une autre», les One Direction ont réussi à  générer autour d'eux des centaines de milliers d'admiratrices dans le monde. Avec This is Us, en salles romandes dès le 4 septembre, 1D confirme la tendance.
Chaque spectateur a reçu un poster du film à  la fin de la séance. La plupart des fans de One Direction sont féminines, entre 12 et 20 ans. Près de la sortie, encore une surprise: les fans peuvent se prendre en photo avec les figurines en carton de leurs idoles. Photos: © Joëlle Misson

Nous sommes au cinéma Pathé Flon à  Lausanne samedi 31 août, il est 17 heures 28. Un samedi soir ordinaire pour la plupart des gens qui rentrent du travail ou se préparent à  sortir. Sauf pour 484 adolescentes (et les rares têtes masculines qu’on aurait oubliées) qui n’attendent qu’une chose: voir pour la première fois et avant tout le monde (excepté la presse peut-être) le film diffusé en avant-première qui retrace l’histoire de leurs idoles: This is Us! (ou «c’est nous» en français, autant dire qu’il s’agit d’une originalité sans bornes). La salle a affiché complet ce soir-là , pour un prix pas tant que ça supérieur à  un billet de cinéma ordinaire: 25 francs.

 

17 heures 30, le film débute. One Direction: ces cinq jeunes hommes ont un talent fou. Ils sont capables, sans même être présents, de faire exploser une foule en délire dans une salle de cinéma. Chapeau l’artiste! «I wanna stay up all night and do it all with you…» Les filles présentes oublient quelques instants qu’elles assistent à  une projection dans une salle de cinéma, et qu’elles ne sont ni en concert ni sur une piste de danse. Les mains s’agitent et les hormones sautillent tant que pour plusieurs, il est impossible de rester assises. Et bien sûr, elles chantent, voire crient. Nous donnant droit à  une sorte bande-son en direct.

 

«Elles ne sont pas folles…»

Alors pourquoi sont-elles fans? Dans le film, quelques bribes de réponse: «Ils chantent ce que l’on ressent» ou «ils nous disent tout ce que l’on veut entendre mais qu’aucun garçon ne nous dit». «Interrogez un neuro-scientifique pour savoir!», plaisante le manager du groupe. Aussitôt dit, aussitôt fait, le spécialiste explique durant la séquence suivante, non sans une pointe d’humour, le processus cérébral de ce que l’on appelle la dopamine «qui crée un grand sentiment de bonheur. Elles ne sont pas folles, seulement très contentes», conclut-il.

 

Le public est conquis

Le film retrace le parcours de ces cinq gamins originaires du Royaume Uni, révélé par l’émission de télé-réalité X-Factor depuis leurs auditions en 2010. Avec une dose bien équilibrée d’humour et d’émotions, le documentaire réussit à  adopter la formule parfaite, celle qui précipitera toutes les «directioners» dans les commerces dès sa sortie sur les rayons.

 

Mais se plonger dans le quotidien du boys-band, c’est réaliser qu’en fait, ils n’ont qu’entre 19 et 21 ans, et sont encore de vrais gamins! Drôles certes… En coulisses, on a plutôt l’impression d’avoir affaire à  cinq élèves agités qu’à  un groupe musical mondialement connu et admiré. A moins que tout cela ne soit que mise en scène… Quoi qu’il en soit, la recette fait effet et le public est conquis: Harry, Niall, Zayn, Louis et Liam, mignons, drôles et sentimentaux veulent «rester [eux]-mêmes malgré le succès». Les mecs parfaits quoi!

 

Puis, l’on entend des «oooohhh …» dans la salle, à  plusieurs reprises. Les déclarations des parents des stars attendrissent les spectateurs (la règle de français nous oblige à  écrire un nom au masculin même si un seul homme fait partie de la masse de laquelle nous parlons): «Mon fils a passé cinq jours à  la maison depuis X-Factor», ou «c’est le seul fils de la famille, et il est parti…». Le prix à  payer pour la réussite de sa descendance.

 

La chronologie mise à  mal

This is Us a tout de même un bémol: la chronologie indiquée au début pour nous signaler l’année des auditions du groupe, en 2010, ne se poursuit pas. Ainsi, aucune autre indication de temps n’est donnée plus loin pour aider le non-admirateur à  savoir en quelle année nous sommes, à  quel moment correspond la sortie de tel ou tel album, ou tel concert. Pas difficile de chercher ces informations sur internet, et pourtant un film documentaire devrait répondre à  ces questions. Dommage pour la compréhension. Par ailleurs, la 3D réussit à  faire rêver quelques adolescentes qui ne manquent pas de lever leur main, croyant pouvoir atteindre celle de leur idole.

 

A la conquête du monde

A en croire les affirmations du commentaire audio, aucun groupe anglais n’a jamais percé aux USA. La folie One Direction s’apparenterait à  la Beatles Mania dans les années 60. Chris Rock lui-même «adore les One Direction», prédit qu’ils se produiront au stade de Wembley et qu’à  cette occasion, il sera «au premier rang». En fait, le documentaire va jusqu’à  utiliser le langage religieux pour définir l’étonnante ascension du groupe anglais: «Les One Directions ont converti le monde!»

 

 

Infos pratiques


Sortie en salles romandes: 4 septembre 2013

Durée: 95 minutes

Réalisation: Morgan Spurlock

Pays: USA

Avec: Harry Styles, Niall Horan, Zayn Malik, Liam Payne, Louis Tomlinson

Site web: thisisus.ch