Culture | 07.08.2013

Saule, certifié BIO par le public!

Le colosse belge Saule a fait vibrer l'Estival Open Air d'Estavayer-Le-Lac vendredi soir. Une mission sous haute tension quand on sait qu'il passait derrière Mônsieur Garou, dont les fans étaient venus en masse. Compte rendu et impression d'une performance aussi élevée que la température ambiante.
Saule ; une déferlante d'humour, d'énergie brute et de riffs toniques s'abat sur la grande scène. Photos: ©Vincent Allemandet

23h45, l’heure du crime approche tout comme la silhouette du colosse que l’on discerne peu à  peu au milieu des volutes de fumée qui parcourent la grande scène. Du haut de ses deux mètres, Baptiste Lalieu alias Saule s’approche du micro, guitare en main et sourit. Dans son titre « Type Normal », il se décrit comme « tout c’qu’il y a d’plus normal ». Certes mais débordant de talent! Plutôt humble le jeune homme.

 

Une composition naturelle

Une déferlante d’humour, d’énergie brute et de riffs toniques s’abat soudain sur la grande scène. La foule, à  peine remise de la tempête Garou, subit de front les assauts de l’ouragan Saule et s’électrise à  son contact. Saltimbanque des temps modernes, Saule manie avec habilité les styles: rock, ballade, rap voir même opéra avec un naturel frôlant l’insolence. Accompagné par des musiciens de haute volée, ce qui s’annonçait comme une ode aux chansons à  textes se transforme en un live pêchu et incisif.

 

Sans additif, really?

Parsemant subtilement sa prestation d’interactions avec le public, le barde belge fait monter l’ambiance festive à  son apogée. Pousser les spectateurs à  s’accroupir pour mieux les faires jumper au troisième top? Aucun souci! Un truculent « à  poil !!! » retentit au milieu de la foule. « Ca viendra, ne t’inquiètes pas », répond du tac au tac celui qui s’estampille premier chanteur certifié BIO au monde. Sillonnant les routes cet été, l’artiste a même instauré une compétition sonore avec ses fans: la Battle Public Bio. Le concept? Lors de chaque concert il mesure à  l’aide d’un sonomètre la puissance vocale de son auditoire sur son célèbre « B…I…O…BIO. »

 

Une recette simple

Fier représentant de la chanson à  texte, Saule manie la langue de Molière avec humour et simplicité. Abordant les sujets de la vie quotidienne, du petit problème à  la remise en question sans drame ni gravité, simplement avec une justesse dans les mots bien à  lui. Souvent moqueur, parfois introspectif, l’auteur-compositeur se livre à  demi-mot et panse les maux.

 

Le concert se termine comme il a commencé, dans une débauche d’ondes positives et d’énergie. Grâce à  son tube « Dusty Men » (interprété à  l’origine en duo avec Charlie Winston) suivi d’une reprise de « Love is all » (Roger Glover), il livre une belle déclaration à  son public et laisse ce petit goût de « reviens-y », dont seuls les grands ont la recette.