Culture | 16.07.2013

Des films à  la pelle

Texte de Raphael Fleury
Le NIFFF met en avant pléthore de films. Zoom sur trois S«uvres provenant de différents pays.
"Au nom du fils", du belge Vincent Lannoo, touche à  une thématique pour le moins sensible: la pédophilie au sein du clergé. Comédie romantique, "Ghost graduation" de l'espagnol Javier Ruiz Caldera apporte son lot de fantômes. Photos: NIFFF

Le NIFFF, c’est 136 projections publiques, dont 80 longs métrages et 17 courts métrages produits par une trentaine de pays différents, et deux catégories reines: la compétition internationale et la compétition asiatique. Retour sur quelques Š«uvres.

 

 

Au nom du fils (Belgique)

Le Belge Vincent Lannoo a livré avec son long métrage Au nom du fils une Š«uvre dure et violente, touchant à  une thématique pour le moins sensible: la pédophilie au sein du clergé. Au nom du fils concourait pour le Méliès d’argent du meilleur long métrage européen, qu’il a remporté. Ce prix permet au film d’être nominé pour le Méliès d’or, prix qui sera décerné au meilleur long métrage fantastique européen par les membres de la European Federation of Fantastic Film Festivals (EFFFF).

Š’uvre coup de poing, Au nom du fils ne saurait laisser indifférent, à  plus forte raison parce qu’il est pourvu d’une mise en scène efficace et intelligente. Pédophilie, homosexualité, suicide, meurtre, vendetta, en somme tabous sinon dérives de toutes sortes sont au menu du film. Ce qui est avant tout à  saluer, c’est que ces thématiques trouvent leur place dans l’Š«uvre de Vincent Lannoo, c’est-à -dire qu’elles font sens en servant le propos du cinéaste. La gratuité eût ruiné au contraire ce long métrage dans lequel Elisabeth, mère de famille et catholique exemplaire, va verser le sang du clergé pédophile après avoir découvert que le prêtre qu’elle hébergeait chez elle abusait de son fils. Vincent Lannoo, après avoir appris qu’il avait remporté le Méliès d’argent, a promis qu’il serait présent à  Neuchâtel l’année prochaine.

 

 

Ghost graduation (Espagne)

S’il était un film taillé pour le public lors de cette 13ème édition du NIFFF, c’était sans doute Ghost graduation. Etonnamment, il n’a pas reçu le Prix du Public, qui est revenu à  You’re next, survival de l’Américain Adam Wingard. Réalisé par l’Espagnol Javier Ruiz Caldera, Ghost graduation est une comédie fantastique dans laquelle une bande d’étudiants fantômes sème la terreur à  l’intérieur d’un collège. Le film est certes drôle et jouissif, mais, au-delà  de ce vernis, il faut admettre qu’il ne présente aucun argument sérieux.

 

 

How to use guys with secret tips (Corée du Sud)

Dans le genre comédie, on préfèrera le long métrage coréen How to use guys with secret tips. Prix du public du festival d’Udine et énorme succès au box-office coréen, ce film de Lee Won-suk a le mérite d’être drôle, inventif et décalé. Assistante pour une compagnie de publicité télévisée, Choi Bo-Na n’a aucune vie sentimentale. Un jour, elle fait l’acquisition d’une vieille cassette vidéo, dans lequel un homme d’un certain âge prodigue des conseils qui ont pour but, comme le suggère le titre du métrage, de manipuler les hommes. Entre une comédie romantique telle que How to use guys with secret tips et les comédies romantiques hollywoodiennes, le choix est vite fait.