Sport | 10.06.2013

Sauvés à  la der

Texte de Joëlle Misson | Photos de DR
Le 8 juin, les spectateurs du Stade la Praille de Genève ont fait «ouf» à  la dernière minute de jeu du match de qualification pour le Mondial 2014, Suisse-Chypre. Le but de Haris Seferovic assure 3 points supplémentaires à  la Suisse qui caracole en tête de son groupe.
Les joueurs saluent les spectateurs dans les tribunes, pendant que les chypriotes rentrent au vestaire, la mine maussade.
Photo: DR

Il reste à  peine une minute et le temps additionnel dont on ignore encore la durée. Les supporters ont les yeux rivés sur le ballon durant les dernières minutes du match Suisse-Chypre au Stade la Praille de Genève. Et puis, c’est la jubilation. A la 90ème minute, Haris Seferovic livre un but qui restera dans les mémoires, sur une passe de Xerdhan Shakiri. Pour les supporters, le match est déjà  gagné. Il reste cependant le temps additionnel qui pourrait être fatal si les joueurs se relâchent. Au coup de sifflet final, c’est un public en explosion et fier de son équipe nationale qui chante, crie, saute et frappe des mains pendant que les joueurs saluent les tribunes.

 

Le lot de l’équipe chypriote

Après quelques remises en jeu, le lot du gardien chypriote était fait: à  chaque reprise du ballon, il se fera huer pour sa lenteur à  le remettre en jeu. Puis, comble de la simulation: après un tacle sur Liechtsteiner qui s’étale à  terre, un chypriote s’attrape le genou et se jette au sol, devant des spectateurs ahuris qui n’hésitent pas à  crier leur indignation. Ce sera finalement un carton jaune de l’arbitre pour ce joueur. Mais le jeu de l’équipe de Chypre nous aura quand même valu quelques frayeurs. Mais la balle n’aura pas réussi à  franchir un Benaglio resté «au taquet», même en étant aussi peu sollicité que durant ce match.

 

« Pas de calculs, mais tout donner! »

Mais les multiples essais, parfois dérisoires, de l’équipe helvétique auront finalement payé à  la dernière minute de jeu. Cela suffit presque pour assurer à  la Suisse sa participation au Mondial 2014 qui se déroulera au Brésil. Et pour nous confirmer que notre modeste équipe nationale est capable de se défendre (ou d’attaquer) et de nous livrer de l’inattendu. Ce but, c’est la libération. Parce que même si la Suisse a dominé une bonne partie du match qui s’est déroulé dans le camp adverse, elle a loupé de nombreuses occasions en or. Des tirs trop bas ou trop lents, des passes manquées à  proximité des cages de but, des corners pathétiques, des lattes…

 

« Pas de calculs mais tout donner! »

L’assistant d’Ottmar Hitzfeld Michel Pont révélait sur la RTS en plaisantant après le match, que «les calculs sont pour Ottmar, dont le métier est mathématicien.» Avant de reprendre de son sérieux: «Non, pas de calculs. On va simplement tout donner pour le match contre l’Islande en septembre.»

 

Mais avant cela, la Suisse aura l’occasion de s’«entraîner», le 14 août à  Bâle lors d’un match amical, contre un adversaire de taille: le Brésil. Un match dont l’issue laisse, pour beaucoup, peu de marge de manoeuvre… Mais qui sait, avec une équipe suisse invaincue jusque-là  (le seul match non-gagné est un match nul contre Chypre) et gonflée à  bloc, tout peut arriver.

Ähnliche Artikel