11.06.2013

Récit d’une vie sans fausse note

Thierry Epiney est un jeune valaisan de 26 ans et un étudiant assidu à  ses heures perdues. Mais l'artiste, ambitieux et plein d'énergie est également un compositeur et directeur de chS«ur. Il vient de terminer une collaboration de quatre mois avec le cirque Starlight qui fête cette année son quart de siècle. Portrait.
« C'est l'Š“uvre qui me permet d'écrire la musique, c'est là  que j'y trouve l'inspiration »

Une «carrière» militaire, un master en composition et pédagogie en poche et un autre en composition de musique de film, théâtre et médias en cours, une vie estudiantine sportive, des responsabilités en tant que directeur de chŠ«ur. Thierry Epiney semble comblé, actif et engagé à  temps plein. Et pourtant! En début d’année 2013, il n’a pas hésité à  s’embarquer plusieurs mois dans l’aventure Starlight, se mettant ainsi dans la peau d’un compositeur de musique de cirque. Et oui, c’est ça la passion! Récit d’une vie sans fausse note…

 

Le cirque: une grande famille

Le cirque, c’est d’abord une histoire de rencontre. Une rencontre tout à  fait hasardeuse avec le metteur en scène de Starlight, Stefan Hort un ancien camarade de lycée. Intéressé par les multiples projets de Thierry, il le contacte alors et tout se met en marche. Thierry reçoit les pistes musicales, la liste des artistes, et compose plusieurs extraits dans le désir d’être à  l’unisson avec le metteur en scène et l’esprit du spectacle; le ton est donné. Durant la tournée, tout s’écrit dans la roulote prêtée pour l’occasion. L’aventure démarre alors, à  caractère musical mais aussi et surtout humain: «Comme je suis un bien piètre cuisinier, j’ai eu la chance d’être invité de temps en temps par les autres artistes. L’ambiance était excellente. Le cirque, c’est une grande famille.»

 

Une initiation parentale

Mais si Thierry en est arrivé là , c’est qu’il a de solides bases derrière lui. Initié à  la musique depuis tout petit par ses parents mélomanes, Thierry alors âgé de 4 ans commence son parcours avec l’instrument de base, le piano. Mais il sort très vite des sentiers battus pour se lancer dans la percussion, ce qui l’amène, après le lycée, à  la Haute Ecole de Musique de Genève. «J’avais déjà  relevé le challenge, raconte-il, de  composer pour la comédie musicale de mes parents à  l’occasion de mon travail de maturité.» C’est donc tout naturellement que Thierry s’oriente vers une nouvelle filière, la composition associée à  la pédagogie. Master en poche, il s’aventure alors outre-Sarine avec l’envie d’approfondir ses connaissances musicales grâce à  un master en composition de musique de film, théâtre et médias à  la Haute Ecole des Arts de Zurich, qu’il est encore en train d’effectuer.

 

MM

«Pour chaque projet, donner le meilleur de soi»

Tout en suivant la cadence effrénée des études, le compositeur en herbe écrit plusieurs pièces artistiques autant pour le théâtre que la chorégraphie: «Ma musique a accompagné plusieurs pièces de théâtre entre autres Oscar et la Dame Rose.» Il a également composé des pièces de musique dites pures, interprétées par des orchestres. Par exemple, en 2011 Thierry a  écrit Noé, un conte musical. Et plus récemment Cristal pour un ensemble de 25 musiciens. «J’ai aussi eu la chance d’écrire pour cinq courts-métrages, et dernièrement pour le cirque», poursuit-il avec enthousiasme.

 

Une évolution en crescendo qui peut surprendre. Où trouve-t-il autant de temps et d’inspiration?  Pour Thierry, «l’inspiration vient toujours avec la lecture du scénario, les ébauches d’images, les personnages,… C’est l’Š«uvre qui me permet d’écrire la musique, c’est là  que j’y trouve l’inspiration.» Oui, la musique doit coller à  l’image, au spectacle, au concept, suivre sa dramaturgie. L’essentiel est de passer au projet suivant avec la même passion, la même envie de donner le meilleur de soi-même. En ce qui concerne l’angoisse de la page blanche, cela n’effraie pas l’artiste: «Si le temps est souvent court, cela ajoute de l’adrénaline et me permet de travailler rapidement et efficacement.»

 

??’ ?

Exigeant et passionné

Comme sa musique, Thierry Epiney est exigeant et passionné. Mais il favorise aussi et surtout le partage et le trait humain, primordiaux pour garder les pieds sur terre: «Dans la composition, l’aspect social est en reste. C’est pourquoi j’affectionne aussi tout particulièrement la direction de chŠ«ur qui me permet de toucher l’humain en temps réel».Et sa carrière n’en est a qu’à  son début: Thierry projette «deux films, un clip, une pièce pour orchestre et une pour ensemble, ainsi qu’une pièce de théâtre». Rien que ça! Au fond, une vie plutôt bien rythmée.:

Ähnliche Artikel