Culture | 13.06.2013

« Je ne crois pas aux CDs »

Ça s'appelle "rentrer dans le vif du sujet". Quelques heures à  peine après notre arrivée au Greenfield Festival, nous rencontrons les deux membres fondateurs du groupe néerlandais de metal symphonique Within Temptation, Sharon den Adel (chant) et Robert Westerholt (guitare et chant).
Sharon den Adel et Robert Westerholt chantent et jouent au sein de Within Temptation depuis plus de 15 ans.
Photo: Eva Hirschi

Vous avez donné énormément de concerts depuis la formation du groupe en 1996. Y en a-t-il un dont vous gardez un souvenir particulièrement frappant?

Sharon: Peut-être le premier que nous avons fait.

Robert: Nous avons aussi eu des expériences désastreuses, comme dans un festival en Autriche où notre concert a été annulé à  cause du vent.

Sharon: L’année d’avant aux Etats-Unis, une scène s’était effondrée. C’est un peu bizarre quand on vient de loin pour jouer et que les organisateurs nous disent que c’est trop dangereux !

Robert: Une fois au Hurricane Festival en Allemagne, nous avons du quitter la scène avant la fin du concert à  cause d’une tempête qui arrivait. Dix minutes plus tard le terrain était tellement inondé qu’on aurait dit un lac.

Sharon: Mais nous avons aussi eu de bons moments. Durant notre premier festival, il y a longtemps – ça fait déjà  un petit moment qu’on joue !- nous avons joué sur la même scène que notre idole Peter Steele. Le hasard fait parfois bien les choses.

 

 

Vous baignez dans l’industrie de la musique depuis longtemps. Ressentez-vous une différence dans votre métier avec l’expansion d’Internet et surtout de Youtube?

Robert: Bien sûr, la musique s’écoute différemment maintenant avec le streaming. Plus besoin d’être dans l’illégalité, on a accès à  toutes sortes de musiques. Cela rapporte encore très peu d’argent aux musiciens, mais je pense que ça va venir. Et le plus important, c’est que les gens continuent à  apprécier la musique. En écoutant un groupe, on en découvre un autre, on suit des recommandations de ses amis ou sur Facebook et comme ça la musique circule. Une nouvelle ère de partage arrive, mais l’essence de la musique reste la même.

 

En 2011 vous avez sorti l’album The Unforgiving dont le concept est basé sur une bande dessinée. Etait-ce un moyen de vous distinguer des autres groupes en faisant quelque chose d’original?

Sharon: En quelque sorte. Mais c’est surtout parce que la bande dessinée nous va bien.

Robert: C’est quelque chose que nous n’avions jamais fait avant. Nous sommes constamment à  la recherche de nouvelles inspirations et de nouveaux challenges, c’est ce qui nous motive, nous donne de l’énergie.

 

Soyons pessimistes et imaginons que dans dix ans, les CD n’existent plus, tout le monde télécharge ou écoute la musique sur Internet. Comment continuer à  vivre de sa musique?

Sharon: Les choses auront évolué d’ici là , et j’espère que les artistes recevront une juste rémunération pour leur musique. Aucun support ne disparait complètement et les objets reviennent à  la mode. Je ne crois pas aux CD, mais je crois aux vinyles. Les jeunes d’aujourd’hui les découvrent même s’ils n’ont pas grandi avec.

 

Vous avez sorti récemment un album de reprises, The Q-Music Sessions. Comment avez-vous choisi les chansons, de styles très différents, qui y figurent?

Sharon: Il fallait qu’elles puissent être diffusées par Q-Music [station de radio belge, ndrl]. Il fallait aussi qu’on puisse les réarranger à  notre façon, avec une touche rock.

Robert: On voulait en faire des chansons façon Within Temptation et le choix n’était pas infini!

 

Croyez-vous toujours au média radio?

Robert: Des millions de gens l’écoutent dans la voiture, en allant au travail, ou sur la route des vacances. Pour ça la radio est toujours bien vivante…parmi d’autres moyens de diffusion de musique. Et c’est ce qui est génial.

Sharon: Avant qu’Internet prenne une telle place, faire de la musique était plus simple, plus traditionnel. On savait quel chemin prendre. Maintenant il y a de nouveaux défis à  relever.

 

Comment vous définiriez le style Within Temptation aujourd’hui?

Robert: La voix de Sharon bien sûr y est pour beaucoup. Guitares et riffs lourds font aussi toujours partie de ce qu’on est.

Sharon: Et la mélancolie. Elle a une grande place dans notre musique.