Sport | 11.06.2013

Helvètes à  la raquette

Texte de Claire Barbuti
Paris. 8 et 9 juin 2013. Court central de Roland Garros, finales masculine et féminine. Plus aucun Suisse sur le terrain. Retour sur la quinzaine des helvètes à  Roland Garros: pourquoi cette absence des Suisses en finale? Que faut-il encore espérer du tennis suisse?
Le lausannois Stan Wawrinka a du s'incliner en quart de finale contre Rafael Nadal, futur vainqueur du tournoi. La jeune Belinda Bencic a brillé en remportant le tournoi junior. Photos: Fédération Française de Tennis

Mon premier est le prénom d’un joueur de tennis suisse, mon second est le nom d’un joueur de tennis suisse, mon tout est un joueur de tennis suisse. Je suis, je suis…? Comme 99,99% du lectorat, je suis sûre que vous pensez immédiatement à  Roger Federer. Et comment pourrait-il en être autrement? Roger Federer, c’est une légende sur pattes: il a même une page Wikipédia uniquement consacrée à  ses records! Pourtant, âgé aujourd’hui de 32 ans, aurait-il perdu de sa superbe? Son revers à  une main, qui faisait toute la beauté et la justesse de son jeu, a buté cette année en quart de finale à  Roland Garros face à  la solidité du français Jo-Wilfried Tsonga. Aucun titre, aucune finale, Roger Federer réalise son plus mauvais début de saison depuis 2001.

 

Un Suisse en chasse un autre?

Un grand champion qui part, un autre qui arrive? Car la star suisse de cette quinzaine à  Roland Garros est un homme qui vit et joue dans l’ombre de Roger Federer depuis toujours: le lausannois Stanislas Wawrinka. Agé de 28 ans, il a réalisé un excellent tournoi à  l’image de son très bon début de saison. Se qualifiant pour les quarts de finale, il n’a pu que buter contre Rafael Nadal qui, revenu au meilleur de sa forme, a finalement remporté son 8e Grand Chelem parisien.

 

Vainqueur à  Roland Garros dans la catégorie junior en 2003, le lausannois a du mal à  exister médiatiquement face à  son aîné. Grégory Beaud, journaliste pour 20 minutes Suisse, explique: «Des joueurs suisses dans les 10 premiers mondiaux, c’est assez rare. Mais ce que Stan fait est banalisé par rapport à  ce que fait Federer. C’est le même genre de manque de bol que Ferrer en Espagne: il fait demi ou quart partout, et il est dans l’ombre de Nadal». Pourtant, les choses pourraient changer: pour la première fois, Wawrinka devance Federer au classement intermédiaire de la Race, décrochant la 6e place mondiale alors que Federer dégringole à  la 11e place. La semaine dernière, Guy Forget a décrit Wawrinka dans le journal 20 minutes comme «un garçon complet, avec un jeu très puissant, il volleye très bien, il sert bien, il a tous les coups du tennis». Et cerise sur le gâteau, le garçon est resté accessible: à  5 minutes de son premier tour à  Roland Garros, il continuait à  partager avec son public via Twitter. Alors, naissance d’une nouvelle idole?

 

Où sont les femmes?

Côté tableau féminin senior, la cuvée 2013 a été décevante. Depuis le retrait des terrains de Martina Hingis en 2007, la Suisse pensait pouvoir compter sur les performances de Patty Schnyder, gauchère originaire de Bâle. Vainqueur de onze titres majeurs sur le circuit simple féminin, elle a atteint à  deux reprises les quarts de finale de Roland Garros. Pourtant, depuis début 2012, c’est le retrait total de l’univers tennistique: sa fortune aurait mystérieusement disparue, tout comme la joueuse et son mari, qui restent introuvables depuis plus d’un an, laissant le tableau féminin suisse orphelin.

 

C’était sans compter Belinda Bencic, jeune suissesse de 16 ans qui a remporté le tournoi junior de Roland Garros, 19 ans après son modèle Martina Hingis. Cette dernière n’a d’ailleurs rien perdu de son talent: après avoir félicité la jeune joueuse, elle a ajouté un titre à  son palmarès en remportant le symbolique tournoi des légendes de Roland Garros en double femmes avec Davenport. Bencic a cueilli samedi sa 23ème victoire de suite chez les juniors, ce qui lui permet depuis hier d’être numéro 1 mondial chez les juniors: la relève est, on l’espère, assurée!

 

C’est donc un Roland Garros moins prolifique que lors des années Hingis ou Federer qui vient de se terminer pour les Suisses, mais qui laisse augurer plein de promesses pour le futur… D’ailleurs, la Suisse a terminé à  une intéressante 6ème place dans le classement par pays. Rendez-vous l’année prochaine pour une possible concrétisation!

 

Les suisses zen et ouverts

En attendant, les Suisses peuvent se rassurer: les joueurs français aiment leur tennis… à  tel point que cinq des meilleurs joueurs français sont domiciliés en Suisse, dont le tombeur de Wawrinka, Jo-Wilfried Tsonga! Et même si, en Suisse, les champions français bénéficient du « forfait fiscal » réservé aux personnes aisées qui résident mais ne travaillent pas sur le territoire helvète, les français l’assurent: ils ne viennent pas que pour les avantages fiscaux. Gaël Monfils a même fait une véritable déclaration à  la Suisse lors d’un entretien pour le Huffington Post: «J’ai découvert un pays où je me suis senti bien. J’y ai mes repères, mes boutiques, mes restos et, je le dis haut et fort, j’adore la Suisse et les suisses. Ils sont zen et ouverts. Comme moi!».

Ähnliche Artikel