Culture | 23.05.2013

One Direction chante le yodel

Texte de Joëlle Misson | Photos de © Joëlle Misson
Le 16 mai à  16 heures, une petite foule se presse déjà  devant les portes du Hallenstadion à  Zürich. Les premiers fans du groupe révélé par l'émission anglaise X-Factor sont arrivés... la veille au soir et ont campé sur place. Mais nous sommes encore loin de l'effervescence qui s'emparera de l'immense patinoire à  l'arrivée du boys band One Direction.
Les voix des chanteurs ne se font parfois plus entendre, étouffés sous les cris des adolescentes surexcitées. Les têtes masculines étaient bien éparses ce soir-là .
Photo: © Joëlle Misson

Vers 18h30 le 16 mai, l’entrée extérieure du Hallenstadion de Zürich ressemble à  un véritable dépotoir. Un peu plus tôt, un membre du staff avait annoncé à  la foule: pas de bouteille en pet, pas de nourriture, pas de sac plus grand que celui qu’il tenait en main, et «kein Rucksack!» En somme, un concert comme les autres. Prises de panique à  l’idée d’être interdites d’entrée, ou d’être retardées par les contrôles, les fans jettent tout par terre, déchets mais aussi effets personnels… certainement sans savoir que des containers sont disponibles à  l’entrée et des consignes accessibles à  l’intérieur. Pas sûrs qu’ils auront tous retrouvés leurs affaires à  la sortie.

 

Le retour des boys- et girls bands

Les écrans de chaque côté de la scène s’allument et immédiatement, les cris des adolescentes résonnent dans le Hallenstadion. Le groupe arrive? Absolument pas! Les panneaux affichent «One Direction» et diffusent des clips vidéos de Little Mix, girlsband également révélé par X-Factor et dont l’aspect pimpant nous rappellera sans mal les icônes des années 90: les Spice Girls. Les organisateurs ont su comment chauffer la salle pour l’arrivée du groupe tant attendu. Apparemment, la bonne majorité des fans de One Direction sont aussi admiratrices de Little Mix. Pourquoi? Parce que la blondinette aux cheveux roses, qui nous fait encore penser à  Gery Halliwell pour ceux qui s’en souviennent, n’est autre que la petite amie de Zayn, l’un des chanteurs de One Direction. Forcément.

 

La pétillante Camryn

A 19h45 finalement, alors que le moment approche, l’attente diminue mais l’impatience se fait plus pressante en même temps. Le groupe Camryn, du nom de sa chanteuse, une blonde sautillante en Doc Martens à  drapeaux anglais, tient au chaud le public, et plutôt bien. Même si l’introduction musicale laisse penser à  plus trash, c’est finalement un groupe aux sonorités pop-rock qui se produit. C’est vrai, nous sommes à  un concert des One Direction quand même. «You all are crazy!» crie Camryn, qui faisait déjà  la première partie des 1D sur leur tournée Up all Night en 2012. Un bond dans la célébrité pour cette adolescente âgée de 14 ans seulement! Autant dire que ce soir, le Hallenstadion ressemble plus à  une immense cour de récréation qu’à  une salle de concert. Et ce n’est pas Louis, le plus âgé des chanteurs de One Direction du haut de ses 21 ans, qui aura remonté la moyenne d’âge.

 

La gêne de One Direction

20h30, ça y est. Le moment tant attendu. L’adrénaline peut se sentir dans les gouttes de sueur du public. Les rideaux qui cachaient les écrans géants au fond de la scène se lèvent, et bientôt, One Direction apparaît, devant des effets lumineux et 3D multiples. Le cri qui emplit alors la salle est difficile à  qualifier. Au bout de quelques secondes, il ressemble plus à  un ultrason qui perce les tympans et l’on comprend à  quoi servent les protections auditives. Les voix des chanteurs ne se font parfois plus entendre, étouffées sous les cris des adolescentes surexcitées. A défaut d’en connaître le chiffre exact, les têtes masculines étaient bien éparses ce soir-là .

 

Et devant tant d’effervescence, les cinq chanteurs semblent gênés. Avec un peu de jugeote, on lit sur leurs visages le sentiment d’être totalement dépassés par ce qui leur arrive. Après quelques minutes de concert, ils prient le public de reculer de quelques pas, afin de permettre aux spectateurs du premier rang de respirer. Un premier et un deuxième avertissement ne semblent pas changer la situation, les jeunes filles ayant trop peur de s’éloigner un tant soit peu de leurs idoles. One Direction fait alors recours aux menaces: «Reculez où on arrête le concert.» Cette fois le public semble, relativement, comprendre et le show continue. Niall paraît le plus préoccupé par cette folie ambiante. A plusieurs reprises tout au long du concert il prie des mains ses adoratrices de reculer, avec des mimiques peinées. Même le soutien-gorge qui atterrit sur son micro semble lui faire ni chaud ni froid.

 

Chanter le yodel

Après avoir survolé le public sur une plateforme suspendue dans les airs pour atterrir sur une petite scène aménagée au milieu de la salle, les One Direction prennent une pause pour rigoler un peu. Ils répondent aux demandes faites par les Directioner – les fans des One Direction –  via Twitter. «Please, do the irish dance» s’adresse à  Niall, l’irlandais de la bande, qui n’hésite pas une seconde à  se lancer. Mais l’on notera plus particulièrement la demande qui les invitait à  chanter le yodel… Décidément, One Direction ne recule devant rien pour satisfaire ses fans.

 

A 22 heures, les spectateurs n’en peuvent plus. On sent la fatigue s’emparer du public, qui ne baisse pourtant pas les bras au bout desquels trônent les portables, appareils photos et même Ipads, pour ne pas manquer une seconde du concert. Le concert se termine à  22h30, après deux heures de show. Les fans se souviendront du mythique épilogue de Harry, lequel remplace les paroles originales «let me kiss you», par «let me swiss you», provoquant une nouvelle onde d’excitation mêlée de sourires dans le public.

 

L’espoir jusqu’à  la fin

Mais ce n’est pas encore la fin de la soirée pour de nombreuses adolescentes qui attendront que leurs idoles s’en aillent afin de, peut-être, les voir à  la fenêtre de leur bus, et de pourquoi pas les saluer, ou obtenir un autographe. Mais moi, je rentre à  la maison pour une nuit bien méritée.

 

Info


This is Us, le premier film retraçant l’épopée One Direction, sortira en août en Suisse. Sur www.thisisus.ch, les fans peuvent voter pour la ville de Suisse dans laquelle il sera diffusé. Une injustice pour les romands, minoritaires en nombre? Certainement pas puisque pour l’instant Lausanne tient la tête avec 5349 votes, suivi de loin par Dietlikon avec 4505 votes. Genève traîne en fin de liste avec seulement 252 votes en sa faveur.

Deux avants-premières auront lieu, dans tous les cas, à  Zürich et Lausanne fin août.