28.05.2013

Entre enfance et âge adulte

Texte de Joëlle Misson
L'exposition Vivre ensemble revient sur les 10 mois de la campagne d'éducation lausannoise Moi et les autres. Exposée au Forum de l'Hôtel de Ville à  Lausanne, elle peut encore être visitée jusqu'au 1er juin.
Sur le parvis du Forum de l'Hôtel de Ville à  Lausanne, une poupée adolescente grandeur nature nous accueille, sur un tapis vert. En sillonnant entre les panneaux, on découvre les multiples activités qui ont rythmé (ou rythmeront encore) la campagne de septembre 2012 à  juin 2013.Les activités ont engagé plus d'une centaine d'associations et institutions dans plus de 55 projets. 40'000 personnes ont été impliquées et touchées d'une manière ou d'une autre. Photos: © Joëlle Misson

Sur le parvis du Forum de l’Hôtel de Ville à  Lausanne, une poupée adolescente grandeur nature nous accueille, sur un tapis vert. Cheveux roux, écouteurs sur les oreilles, portable à  la main, elle a le sourire aux lèvres. Et dans son sac d’école, des livres et un ours en peluche: peut-être en signe de l’enfance qui se cache encore derrière sa volonté d’être adulte?

 

Sur la droite au moment de passer la porte vitrée, se profile un photomaton. La possibilité pour les visiteurs de garder un souvenir de leur passage et d’orner comme une pierre à  l’édifice le mur recouvert d’un drap bleu qui marque le début de l’exposition Vivre ensemble, encore exposée jusqu’au 1er juin.

 

Une histoire d’échanges

En sillonnant entre les panneaux, on découvre les multiples activités qui ont rythmé (ou rythmeront encore) la campagne de septembre 2012 à  juin 2013. Des activités d’échanges culturels et générationnels, du partage au travers de l’art, du cinéma, du théâtre, de la musique. Ou encore des occasions de se questionner sur nos différences, et les préjugés et stéréotypes ancrés dans nos modes de pensées.

 

Petits et grands

«Je suis fière de mon grand-papa qui a joué aux échecs avec les enfants de l’APEMS» (Accueil pour enfants en milieu scolaire). Une phrase écrite de la main d’un enfant, en bleu, rose et violet sur l’affiche des ateliers Cojac, organisés par l’APEMS. De nombreux projets et animations ont en effet rassemblé enfants et personnes âgées, au travers de jeux, de constructions, de récits ou de concerts donnés en EMS par exemple.

 

A coté, nous avons la possibilité de se munir d’une feuille de couleur, de ciseaux, de colle et d’images de journaux pour exprimer nos goûts, ce que l’on aime et ce que l’on n’aime pas, à  l’aide des photos choisies. Plus loin, nez à  nez avec de nouvelles poupées géantes, gothiques cette fois-ci, nous découvrons leur origine: le projet Commune IC Action, ou la reconstitution d’un bus à  l’intérieur duquel se heurtent personnages insolites, incivilités, générations et préjugés. Cela pour questionner: «Moi et les autres, les autres et moi, qui a peur de qui?»

 

La jeunesse rencontre la jeunesse

Mais les projets ont aussi rassemblés les jeunes entre eux, dans l’optique de considérer la différence comme une richesse, et de briser les murs des stéréotypes. Dans la thématique, le concours Clichés proposait à  la jeunesse de photographier la ville de Lausanne, «tel qu’un touriste de la verrait pas». L’exposition «Clichés des clichés» a été exposée du 19 au 30 mars 2013. (lire l’article à  ce sujet)

 

Tables rondes et discussions

«Nous avons besoin de soutien, pas de personnes qui vont toujours à  l’encontre de nos idées», exprime une adolescente dans une vidéo. Plus tard, une adulte explique qu’il est bon de prendre des risques. «Il y a des risques constructifs. Mais certains peuvent aussi mener à  la mort ou derrière les barreaux», ajoute-elle comme pour prévenir. Elle conseille aux jeunes d’avoir une personne de référence, avec laquelle ils peuvent jouer carte sur table et discuter sans tabou… Un aperçu parmi d’autres des tables rondes et discussions qui se sont déroulés entre adultes et adolescents lors de cette campagne.

 

Des projets pour tous

Les activités ont engagé plus d’une centaine d’associations et institutions dans plus de 55 projets. 40’000 personnes ont été impliquées et touchées d’une manière ou d’une autre. Des projets tous plus différentes les uns que les autres, susceptibles d’interpeller tout un chacun. Des gymnases ont réalisé des pièces de théâtre, des courts-métrages ont été pensés puis tournés, des jeunes se sont essayés à  l’écriture, à  la photographie, à  la danse ou encore à  la pétanque!

 

Info


La campagne « moi et les autres » a début en septembre 2012 et se poursuit jusqu’en juin 2013. Elle cherche à  favoriser l’échange et la relation entres différents générations, cultures et genres. Tink.ch est partenaire de « moi et les autres ». Plus d’infos: facebook/moi.autres