12.04.2013

Les clichés… des clichés!

Texte de Julia Voillat
Le 5 avril, le vernissage de l'exposition "Clichés des clichés" a eu lieu au Forum de l'Hôtel de Ville, à  Lausanne. En deux parties, l'exposition pousse à  la réflexion afin que les adultes de demain ne restent pas prisonniers des "clichés".
L'objectif est de toucher les jeunes, qui seront les adultes de demain. Photos: Julia Voillat

Il est 18h, ça y est, je pousse les portes du Forum de l’Hôtel de Ville, où s’inaugure le Festival Clichés! Je suis accueillie par Nina, membre du Conseil des Jeunes et de l’équipe organisatrice. Elle me propose de faire un tour de l’expo « Les clichés des clichés » qui s’y déploie. Les premiers panneaux évoquent les clichés de tous les jours: « Il parait que les Suisses… »,  « On dit que … racistes ». Je m’essaie à  combler les parties manquantes, mais l’exercice me paraît bien trop facile… Décidément, difficile d’oublier les stéréotypes!

 

Les clichés ont la vie dure!

Je poursuis ma visite; des panneaux historiques révèlent que les clichés sont bien trop ancrés dans notre société pour disparaître en un jour. Je me demande alors quel impact souhaitent les organisateurs avec ce festival. Delphine, 15 ans, m’explique que l’objectif est de toucher les jeunes, qui seront les adultes de demain. Les organisateurs ont ainsi programmé des visites de l’exposition pour sensibiliser des classes de collège à  ces questions et ils prévoient déjà  de renouveler ce festival chaque année, afin d’avoir une répercussion à  long terme.

 

Dans la deuxième partie de l’expo, sont présentés les « clichés des clichés », c’est-à -dire les photos. Chaque visiteur peut voter pour sa photo préférée; mais difficile de faire un choix parmi autant de belles et intéressantes images.

 

Après un premier tour, je rencontre Catherine Zaccaria et Tanguy Ausloos ou « Maman et Papa » comme diraient les jeunes du conseil. Ils sont les mentors du groupe et accompagnent le développement des projets. On sent qu’ils sont fiers du travail accompli par l’équipe pour ce « festival clichés » et qu’une réelle complicité règne entre ces deux générations.

 

Un festival qui favorise la cohésion sociale

Tout à  coup, plusieurs personnes s’affairent dans l’espace de l’exposition; la partie officielle est sur le point de commencer. Oscar Tosato, Conseiller municipal de la Ville de Lausanne en charge de l’enfance, de la jeunesse et de la cohésion sociale ouvre le discours. Pour lui, ce festival est l’occasion de sensibiliser chacune et chacun sur ses différences et de promouvoir le respect et le « vivre ensemble ». Il souligne l’importance de mettre en valeur ce qui nous rend unique. Les organisateurs prennent ensuite la parole pour expliquer, chacun à  sa manière, ce que représentent le festival et le Conseil des Jeunes. Pour Nina, un tel festival favorise la cohésion sociale; parallèlement, une expérience au Conseil des Jeunes est un moyen d’être proactif au sein de la communauté. Et il est vrai que chaque membre que j’ai pu rencontrer est heureux et fier de voir le projet se réaliser après un an de travail collaboratif.

 

Un défilé pour briser les clichés

Après le discours, place à  un défilé de mode et un concert! Jackii, 14 ans, avec l’aide de ses amis de collège, présente la nouvelle collection de sa marque. Certes, les talons vertigineux provoquent quelques déséquilibres chez les jeunes mannequins. Mais finalement, nous sommes là  pour rompre avec les clichés. Alors qui a dit qu’un défilé se devait d’être millimétré? Puis c’est au tour d’Alejandro Reyes de prendre la relève avec sa guitare. Par sa musique, il espère inspirer les gens à  poursuivre les rêves qui les animent et qui les rassemblent.

 

La soirée touche à  sa fin. Je me demande alors « comment vais-je condenser toutes ces voix, tous ces points de vue, toutes ces émotions, toutes ces perspectives sur une seule page A4 »?

 

Info


La campagne « moi et les autres » a début en septembre 2012 et se poursuit jusqu’en juin 2013. Elle cherche à  favoriser l’échange et la relation entres différents générations, cultures et genres. Tink.ch est partenaire de « moi et les autres » et publie à  cet effet les articles de jeunes rédacteurs spécialement mandatés par la campagne. Julia Voillat, 20 ans, était l’invitée de cet article. Plus d’infos: facebook/moi.autres

 

Ähnliche Artikel