Politique | 16.04.2013

Le Valais secoué

Des mois intenses viennent de s'écouler dans la vallée du Rhône. Après le choc des votations fédérales, les résultats des dernières élections au Conseil d'Etat Valaisan sont enfin tombés le 17 mars, laissant dans l'air un sentiment mitigé.
Oskar Freysinger et Esther Waeber Kalbermatten. Les dernières élections cantonales en Valais ont été pour le moins surprenantes.
Photo: © Olivier Maire/Photo-Genic.ch sur letemps.ch

Le canton valaisan nous avait déjà  habitué à  des coups de théâtre mémorables. Pour n’en citer que quelques-uns et des plus improbables: le feuilleton «Christian Constantin et le FC Sion», l’active révolution contre la Lex Weber et enfin l’entrée en vigueur depuis quelques semaines d’un passeport valaisan au prix d’une vingtaine de francs. Décidemment insatiable, le canton a trouvé une nouvelle façon de ne pas passer inaperçu: les élections. Rétrospective.

 

La croisade d’Oskar Freysinger

Le premier tour en avait déjà  surpris plus d’un: Oskar Freysinger, candidat UDC, arrivait en tête dans les suffrages avec 53’178 voix, suivi de très loin par le PDC Jean-Michel Cina avec un résultat de 50’256 votants. La  ocialiste Esther Waeber-Kalbermatten, seule femme et représentante des haut valaisans,  et enfin Christian Varone seul PLR à  s’être présenté, ont été quant à  eux, bien mal soutenu par le peuple avec un résultat de 35’491 voix pour elle et 32’422 pour lui. Les Verts, représentés par Christophe Clivaz n’ont pas été mieux accueillis dans cette course au nombre de voix et ont terminé en dernière position quelque 15’856 voix. Le deuxième tour, quant à  lui, n’a pas été très différent pour l’UDC qui a gardé sa première place. Mais il a été d’un grand soulagement pour le PS, qui a vu sa représentante grimper à  la seconde place avec plus de 48’000 voix. Un grand pas en avant qui a étonné tout le monde.

 

Mais ce qui créa sans doute le plus de surprise, tenant tous les valaisans en haleine, n’a pas seulement le résultat moindre de Christian Varone, puis son remplacement par Léonard Bender, mais bien la sous-représentation du PDC dans les résultats et l’avancée fulgurante de l’UDC à  la tête du canton. Ccoup de gueule de la part des votants, las de ne voir aucun changement? Résultat d’une intense campagne aux affiches plus choc les unes que les autres qui, il faut bien l’avouer, sautent aux yeux des passants à  chaque coin de rue au détriment des autres partis? Ou tout simplement changement des mentalités d’une grande majorité des valaisans, qui étaient plus connus à  voter PDC? Le mystère reste entier. Mais ce qui est sûr c’est qu’Oskar Freysinger aura du travail pour convaincre les plus sceptiques dans les années à  venir.

 

Seuls face à  la L.A.T

En ce qui concerne les votations fédérales, l’étonnement a aussi été de la partie. L’initiative Minder consistant à  supprimer les salaires abusifs pour les grands patrons d’entreprise a été acceptée, celle de la politique familiale quant à  elle a été refusée et enfin la L.A.T,  sujet de toutes les controverses, a été acceptée partout sauf en Valais. Tels d’irréductibles Gaulois, ils étaient bien seuls dans leur bataille contre cette initiative sur le réaménagement du territoire. Seul l’avenir nous dira si cela sera bénéfique pour le pays.

 

Info


Ailleurs en Suisse, le canton de Neuchâtel est en ce moment-même en pleine votation pour les élections cantonales; les résultats au Grand Conseil et au Conseil d’Etat tomberont le 28 avril. Nous ne pouvons qu’espérer que ce ne soit pas aussi rocambolesque qu’en Valais.