Culture | 12.03.2013

1,2,3 Caprices!

Alors que le temps grisaille sur toute la Romandie, le Caprices Festival commence au sec avec une toute nouvelle infrastructure. Premières réactions...
La scène "The Moon".
Photo: © Caprices Festival

Pour les habitués du Caprices Festival, il va falloir oublier les anciens plans du festival avec ses longs couloirs, ses fumoirs non-protégés et ses éternels copeaux de bois. Place à  la toute nouvelle infrastructure dont le centre se trouve être la nouvelle scène nommée «The Moon», pouvant accueillir jusqu’à  5’600 personnes.

 

Plus de place!

Les changements, plutôt agréables, en plus de la capacité, est qu’il n’y a plus aucun pylône de l’ancien chapiteau pour gâcher la vue de certains spectateurs. Plus loin, la scène électro se transforme en dancefloor aux alentours de minuit chaque soir et, encore plus loin, le Village où sont rassemblés tous les stands nourritures ainsi que la scène Live qui accueille des artistes locaux.

 

On regrettera sûrement «Rock the block» qui permettait d’écouter de l’électro durant toute la soirée. Néanmoins, la nouvelle programmation permet de ne rien louper, car les concerts entre les deux grandes scènes ne se chevauchent que très rarement.

 

Des leçons du passé

D’un point de vue organisationnel, le Caprices Festival tire des leçons du passé. Avec ses partenaires, il arrive à  proposer une expérience de qualité, autant au niveau de l’ambiance que de la nourriture, mais également avec des espaces réservé au staff et à  la presse qui ont été modifié selon les besoins.