Culture | 05.02.2013

Le jeu de l’amour

Texte de Gaspard Philippe | Photos de Pascal Victor
Des acteurs remarquables, une mise en scène pointue et une scénographie simple mais efficace sont au programme de "La Locandiera", tout juste créée au Théâtre de Carouge par Marc Paquien. Cette comédie de Goldoni réserve de belles surprises!
Photo: Pascal Victor

Mirandolina est tenancière d’une auberge. Deux clients, un Marquis et un Comte, tombent éperdument amoureux d’elle et ne cesseront de la couvrir de présents et de promesses afin d’essayer de l’épouser. Mais Mirandolina ne supporte pas ces hommes à  femmes et fait la sourde oreille à  toutes leurs avances.

 

C’est alors qu’apparaît le Chevalier de Ripafratta, homme rude ne pouvant souffrir les femmes. Intriguée par ce comportement, Mirandolina va alors tout faire pour charmer le Chevalier, en se préservant de tomber amoureuse. Car la jeune femme est promise depuis longtemps à  son valet, Fabrizio. Elle se lance ce défi afin de prouver qu’aucun homme n’est capable de résister à  ses charmes.

 

Quand la simplicité fonctionne

Un parquet et un grand mur couleur cuivre avec une porte sur le côté droit composent la base de la scénographie. Divers éléments de décors tels une chaise, une table ou encore un paravent seront amenés sur scène afin de figurer les différents lieux de la pièce. La scénographie rappelle le dispositif de théâtre anglais du 16ème siècle. Dans cette mise en scène, c’est bien le texte qui portera la pièce. Les costumes, quant à  eux, sont d’époque, afin de faire résonner au plus juste les répliques de Goldoni.

 

Une fine équipe

Dans cette mise en scène signée Marc Paquien, la précision avec laquelle les comédiens évoluent est impressionnante. Chaque déplacement est pensé, l’intonation de chaque réplique semble avoir été travaillée des heures durant. C’est bien cette précision qui provoquera le rire!

 

La pièce rassemble également une distribution de haut vol. Dominique Blanc, lauréate de quatre Césars et de deux Molières, interprète Mirandolina avec une légèreté et un naturel tels que l’on s’attache dès les premiers instants à  ce personnage si singulier. André Marçon, acteur tout aussi reconnu, interprète le Chevalier et fait impression dans la maitrise de ce personnage difficile. François de Brauer, quant à  lui, joue le Marquis. D’une radinerie quasi pathologique et d’un ridicule hilarant, c’est avec plaisir que l’on accueille ce splendide personnage.

 

La Locandiera ne laisse donc personne indifférent. Certains pourront lui reprocher d’être un peu longue (2h15); l’interprétation du personnage de Fabrizio risque également de ne convaincre que moyennement. Cependant, il est difficile de ne pas se prendre au jeu de Mirandolina dans un beau moment de théâtre rythmé par un humour maitrisé.