Culture | 05.02.2013

Défier les préjugés

Texte de Jorel Towa | Photos de Jorel Towa
Orchestré par une ambiance hip-hop qui nous rappelle pourquoi cette culture a une influence juvénile omniprésente en 2013, le festival Au-delà  des préjugés relève le pari de faire découvrir la danse urbaine sous un angle nouveau, au delà  des frontières et des idées reçues.
Un programme international pour faire découvrir le hip-hop sous tous les angles.
Photo: Jorel Towa

Même si le hip-hop est le maître mot du festival, c’est la danse, de manière plus générale, qui a été mise à  l’honneur lors de l’évènement Au-delà  des préjugés les 25, 26 et 27 janvier au Casino de Montbenon. La variété des prestations établies a permis aux visiteurs de découvrir différents styles de danse et de se plonger très vite dans une ambiance assez rare entre Djs, danseurs et rappeurs.

 

Pendant trois jours, divers shows et stages de danse ont été organisés, animés par des noms reconnus du milieu tels que: Brooklyn Terry, Henry Link, Jeru The Damaja, Afu Ra ou encore Popin Pete, l’un des anciens et nombreux chorégraphes de Michael Jackson!

 

Des légendes au service du Hip Hop

Humbles et remplies de joie de vivre, certaines légendes vivantes du hip-hop n’ont pas hésité à  quitter leur Amérique natale pour venir partager, transmettre et surtout enseigner leurs connaissances au cours de ces trois jours de festivités. Trois stages par jour étaient organisés pour ceux qui désiraient approfondir leur style de danse ou retravailler leurs bases.

 

Chaque cours avait pour meneur un des grands noms du hip hop. Dans une atmosphère remplie de positivité et de soif d’apprendre, c’est avec une totale disponibilité que les professeurs ont transmis leur art à  leurs élèves, prenant leur rôle très au sérieux.

 

Du show, de l’humour et des battles

L’humour était à  l’honneur vendredi soir avec la présence de Phil Darwin, humoriste originaire du Congo Brazza, qui s’est notamment imposé en France comme leader incontesté de la «génération Stand-Up»! Personnage sympathique et hilarant, c’est avec beaucoup d’ironie et de talent que l’homme a enthousiasmé le public pendant près d’une heure, juste avant de laisser la place au spectacle exclusif de Jeru The Jamada & Afu Ra, figures du rap underground venues tout droit de New York.

 

 

Le festival a aussi donné la part belle aux amateurs passionnés qui ont pu prouver leur talent en défendant leur place au cours de battles. Les participants, venus de toute la Suisse, et même parfois des pays voisins, avaient tout au plus une minute pour convaincre les trois juges devant lesquels ils concouraient. Jessica, danseuse, parle de sa passion en expliquant que ce qu’elle aime dans la danse, c’est l’absence de limite.  «Je suis libre de faire ce que je veux, d’être qui je veux, comme je veux. Avec la danse on peut absolument tout exprimer!» Les gagnants des battles se sont vus remettre un trophée au terme du festival.

 

Pari réussi

Le festival Au-delà  des préjugés est un évènement organisé par l’association JDS Events, fondée en 1998 par le chorégraphe et danseur José Dos Santos. Animée par près de 30 bénévoles et aidée par les partenaires comme le centre de loisirs de Prilly, la manifestation a accueilli de nombreux visiteurs et a surtout réussi son pari: valoriser la danse et les arts urbains, au-delà  des frontières et des préjugés.