28.01.2013

Un prix pour récompenser l’action

Texte de Ondina Vah Lou
A l'occasion de la Journée internationale des migrants le 18 décembre dernier, la Fédération Genevoise de Coopération (FGC) et son homologue vaudoise la Fédération Vaudoise de Coopération (FEDEVACO) ont décerné le premier Prix Diaspora et développement à  l'association lauréate Le Savoir au Village.
Vincent Zodogome, président de la FEDEVACO, a remis le premier prix Diaspora et développement à  Sophia Corsi de l'association Le Savoir au village. "Nous souhaitons donner à  ces associations les outils nécessaires pour mener à  bien leurs projets", expliquait M. Zodogome. Photos: Fédération Vaudoise de Coopération

L’association a remporté un montant de 2’500 francs qui seront utilisés pour contribuer à  l’alphabétisation, à  l’éducation et au développement économique des femmes dans trois villages berbères au Maroc.

 

Il semble qu’un nombre conséquent de petites associations indépendantes participent depuis Genève au développement de leur pays d’origine. Ces associations jouent également un rôle d’acteur engagé dans l’amélioration de la vie sociale, de la santé, du développement durable et de l’éducation. C’est ainsi que la FGC a décidé de les soutenir en leur permettant d’améliorer la qualité et la pertinence de leurs projets qui donnent des résultats remarquables. Un exemple donné par Awa N’Diaye, fondatrice de l’association Espaces-femmes Afrique: avec l’aide notamment des actions mises en place, le Cap-Vert est passé du statut de PMA (Pays les Moins Avancés) au statut de PRI (Pays à  Revenus Intermédiaires).

 

Soutenir les projets

«Ce prix Diaspora et développement vise à  promouvoir l’implication des associations de migrants, explique Vincent Zodogome, président de la FEDEVACO. Ces associations jouent un rôle clé dans le développement de leur pays d’origine, et nous souhaitons leur donner les outils nécessaires pour mener à  bien leurs projets». Sophia Corsi, membre de l’association lauréate Le Savoir au village, ajoute: «Grâce à  cette reconnaissance de la Fédération, nous allons avoir une visibilité plus importante, une crédibilité face aux donateurs ainsi qu’une autonomie dans le cadre et l’aboutissement de notre projet».

 

Stratégie globale

Lors de cette journée, la Direction du Développement et de la Coopération (qui dépend du Département fédéral des affaires étrangères) est également intervenue. Il s’agissait pour elle de réfléchir à  une stratégie plus structurée pour le soutien aux associations de la diaspora, associations qu’elle définit comme des acteurs d’intégration par un appui aux projets de taille modeste. Pour l’occasion, de nombreuses jeunes associations étaient présentes, à  la recherche d’un soutien, d’un conseil ou d’une aide pour restructurer leur organisation. On a pu entendre notamment Alberto, représentant de l’association Allody qui souhaite construire un orphelinat au Burkina Faso et pour qui cette journée était, «en pleine quête de fonds, une occasion idéale».

 

Fortes de cette première expérience très constructive, la FEDEVACO et la FGC vont poursuivre leurs réflexions afin de proposer, l’année prochaine, la seconde édition du prix Diaspora et développement.

Ähnliche Artikel