Culture | 29.01.2013

Témoigner sur scène

La pièce «Un fou noir au pays des blancs» était présentée le 19 janvier à  la salle communale de Compesières dans le canton de Genève. Elle arrive en Suisse après plus de mille représentations en Europe, au Canada ou encore en Nouvelle-Calédonie. L'auteur et acteur congolais Pie Tshibanda, exilé de son pays natal vers la Belgique, raconte pour un public de tous âges l'histoire de son intégration.
L'auteur et acteur congolais Pie Tshibanda présente dans sa pièce "Un fou noir au pays des blancs" un témoignage poignant du parcours difficile des requérants d'asile.
Photo: Véronique Vercheval

L’Association auprès des Requérants d’Asile de Vallorbe Š’cuménique et Humanitaire (ARAVOH), fondée sur des principes humanitaires et chrétiens, a choisi de soutenir la tournée de Pie Tshibanda. Un fou noir parmi les blancs informe le public sur les conditions de vie des requérants d’asile: le témoignage est proposé par une personne qui a vécu la procédure de l’intérieur.

 

Un parcours du combattant

Marié et père de six enfants, témoin gênant et menacé de mort dans son pays, Pie Tshibanda débarque un matin de l’hiver 1995 à  Bruxelles. Dès la première fouille, il comprend qu’il est seul, qu’il est noir, qu’il a perdu sa présomption d’innocence. Comme beaucoup d’autres, il entreprend le véritable parcours du combattant du réfugié politique, qui durera des années. Ses paroles, pleines d’humanité et de nuances, émeuvent. Elles mettent en évidence le regard méfiant qu’un grand nombre de la population porte sur les autres lorsque paraît la différence.

 

L’auteur évoque à  la fois avec humour et en des termes graves l’esclavage, la colonisation, son exode traumatisant, l’accueil glacial réservé aux réfugiés et même le renvoi des requérants. En racontant son histoire dans un spectacle qui agit comme un miroir, Pie Tshibanda nous renvoie notre propre image, nos préjugés, nos angoisses, nos peurs. Le public est pris à  témoin et l’on en ressort ému, parfois attristé, mais jamais indifférent.

 

Soutien pour les requérants d’asile

L’association ARAVOH offre, en étroite collaboration avec le service d’aide juridique aux exilés, un soutien aux requérants d’asile, en particulier à  ceux de Vallorbe. Le but est d’apporter à  ces requérants une aide notamment psychologique, comme une écoute pour les personnes qui ont besoin de partager leur désarroi.

 

L’association offre également un lieu d’accueil, un repas, des conseils juridiques, un point internet, des rencontres avec les représentants de tous les secteurs du village pouvant être concernés par la présence des requérants; ceci dans le but d’établir une relation aussi sereine que possible entre migrants et Vallorbiers. L’association tente également de répondre aux innombrables questions que se posent les requérants et leur offre la possibilité de déposer un recours contre une décision de non-entrée en matière puis une éventuelle représentation par un mandataire durant la procédure.

 

«Pour dissiper cette crainte de l’inconnu, cherchons tous à  le nommer car nommer quelqu’un c’est le faire exister» déclare Pie Tshibanda dans sa pièce. L’humour est décapant et l’émotion présente du début à  la fin. Un témoignage nécessaire…

 

Info


La représentation d’ « Un fou noir au pays des blancs » faisait partie du programme de la campagne d’éducation « moi et les autres », lancée par la ville de Lausanne. Tink.ch est partenaire de « moi et les autres » et publie à  cet effet des articles en lien avec les thématiques ou les événements de la campagne.