29.01.2013

Sit-in pour l’égalité

Texte de Camille Spühler | Photos de Camille Spühler
Le 27 janvier à  Lausanne s'est tenue une «manifestation pour l'égalité», en soutien au peuple français qui sortait aussi dans la rue en faveur du mariage pour tous le même jour à  Paris. En France, les débats au Parlement ouvrent le 29 janvier.
Slogan de la manifestation: "Nous avons les mêmes devoirs, nous voulons les mêmes droits"
Photo: Camille Spühler

Il est 14h, Place de l’Europe à  Lausanne. A deux jours du vote de l’Assemblée Nationale Française qui permettra aux personnes homosexuelles de se marier, d’adopter et d’accéder à  la procréation médicalement assistée (PMA), peu de gens sont présents pour manifester en faveur du mariage pour tous. Mais les retardataires ne se font pas attendre longtemps et arrivent environ un quart d’heure plus tard.

 

L’appel à  manifester a été lancé il y a deux semaines sur Facebook, où 250 personnes avaient confirmé leur présence. Finalement, une septantaine de personnes répondra présent, accompagnée de banderoles, panneaux et affiches. La consigne: être discipliné, sans insultes ni violence.

 

Au bout d’une vingtaine de minutes, on appelle les manifestants à  se mettre devant un mur tapissé d’affiches pour les photos du rassemblement, afin de prouver qu’il y avait du monde pour soutenir la cause. «Venez tous pour faire le buzz!» crie l’organisateur. «La manifestation n’a pas eu les autorisations nécessaires pour faire un cortège et se déplacer», regrette Mario, organisateur. La manifestation en restera donc au stade de sit-in, pour une durée d’une heure.

 

Des militants en tous genres

On comptait parmi les participants des membres d’Amnesty International, des associations VoGay et Lillith, des organisateurs de la Gay Pride à  Fribourg (qui aura lieu en juin 2013) mais aussi des valaisans, des français, des lausannois bien sûr ainsi que deux personnes s’étant déplacées depuis Interlaken. Des couples homosexuels et hétérosexuels mais également des familles, des jeunes d’une vingtaine d’années comme des plus âgés d’environ 50-60 ans. Aucun opposant au mariage pour tous n’était sur place et la manifestation s’est déroulée dans le calme, sous les yeux de deux agents de sécurité sollicités par les organisateurs.

 

Les mêmes devoirs pour les mêmes droits

Quant aux arguments des manifestants, ceux-ci affirmaient en majorité participer à  ce rassemblement en soutien aux français mais aussi pour montrer que les homosexuels sont des gens comme tout le monde et qu’ils ont le droit d’avoir les mêmes libertés que les hétérosexuels. «Nous sommes tous humains, nous avons les mêmes droits que les hétéros, que les homophobes. C’est pour ça que nous aimerions vivre comme tout le monde et arrêter d’être considéré comme des marginaux», déclare une manifestante. Florian, membre de l’association VoGay ajoute: «Ce n’est parce que nous sommes homosexuels que nous devrions faire le deuil d’un couple, d’un enfant et d’une famille. Et d’ajouter qu’il est «heureux de voir que les jeunes ont la conscience de l’inégalité des droits qui existe en France comme en Suisse et qu’ils se mobilisent pour cela.»

 

Un autre argument invoqué est celui des droits du partenaire en cas d’accident. Les deux jeunes d’Interlaken expliquent que si un malheur arrive, le mariage permet au partenaire d’avoir certains droits sur le couple et d’adopter l’enfant de son compagnon en cas de nécessité.

 

«Je suis plutôt triste d’être là , parce que c’est pour rappeler une évidence. Nous avons tous les mêmes droits!», se désole un participant. Il ajoute qu’il aimerait, avec d’autre, reprendre ces revendications concernant la PMA, l’adoption et le mariage gay en Suisse, parce que reste tout à  faire. «Et évidemment je suis là  aussi en signe de soutien aux communautés LGBT (Lesbiennes, Gay, Bisexuels, Transgenres).»

 

Manifester contre l’intolérance

Parmi les militants, un homme qui dit faire partie de la «minorité invisible», catholique pratiquant et hétérosexuel confie: «Je pars du principe que si les gens ont les mêmes devoirs ils devraient avoir les mêmes droits.» Concernant le mariage pour tous, en Suisse aussi, il considère que «nous sommes face à  un vide juridique. Les couples homosexuels peuvent d’ailleurs être parents, on a tendance à  l’oublier.»

 

Présent à  la manifestation en signe de solidarité non seulement pour les français mais aussi pour faire avancer la loi suisse, il pense que «le message de Dieu consiste dans le triomphe de l’amour.» Il trouve qu’il faudrait s’impliquer dans des causes pour lesquelles Jésus avaient plus tendance à  prêcher, comme la pauvreté et l’entraide. «Quand j’étais à  Paris il y avait cette manifestation de gens qui étaient contre le mariage homosexuel. Et à  côté de ça, il y avait des gens assis par terre sur des bouches de métro qui n’ont rien à  manger. Je trouve que s’il y avait autant de mobilisation pour ce genre de choses le monde irait peut-être un peu mieux.»

 

Après une heure, la Place de l’Europe se vide. Certains participants rejoignent un bar pour continuer le débat, pendant que les autres rentrent.

 

 


Info

A Paris, le Parlement ouvre les débats sur le projet de loi mariage pour tous le 29 janvier après de nombreuses manifestations tant du côté de l’opposition que du côté des partisans. En Suisse, le débat commence doucement à  prendre place, notamment avec cette manifestation.

Ähnliche Artikel