18.12.2012

Un coup de chance

Texte de Joëlle Misson | Photos de DR
Faut-il miser sur les réseaux sociaux pour trouver le job idéal? Le témoignage de Stéphane.
"C'est parce que j'ai un réseau entretenu et une présence régulière sur Facebook que je suis tombé sur cette opportunité", avoue Stéphane.
Photo: DR

Faut-il miser sur les réseaux sociaux pour trouver le job idéal? Liza Ghaliounghi nous l’expliquait; «il ne faudrait pas se limiter à  ce moyen, car les entreprises ne sont pas présentes uniquement sur ces plateformes.» Pourtant, grâce à  la large diffusion et la multiplicité des contacts que permettent ces réseaux, il est possible de trouver «la perle rare». Témoignage.

 

Stéphane a dégoté son travail actuel grâce au géant mondial Facebook. A l’université en master en anthropologie visuelle, il fallait qu’il se mette à  la recherche d’un emploi. Déjà  en contact avec un festival potentiellement employeur, Stéphane n’entreprend pas de chasse au job.

 

L’opportunité se présente

Un jour, un de ses amis lui transmet un statut Facebook: l’association euforia recherche un vidéaste à  50%. Sans hésiter, Stéphane écrit au recruteur qui lui transmet les coordonnées de la personne à  contacter. Un message et un curriculum vitae l’ont vite conduit à  un entretien d’embauche. Quelques semaines plus tard, après un refus du festival, le voilà  engagé comme vidéaste au sein de l’association.

 

Un coup de chance

C’est donc par pur hasard que Stéphane se retrouve à  ce poste. «Dans le domaine de la culture et du social, la recherche de travail passe essentiellement par les contacts», explique-t-il. «Du coup, les réseaux sociaux aident forcément». Pour lui, il est essentiel de soigner son networking. Mais sans les bonnes relations, ce sera plutôt difficile. Il conclut: «C’est parce que j’ai un réseau entretenu et une présence régulière sur Facebook que je suis tombé sur cette opportunité. Sans le chercher pour autant!» Une affirmation qui confirme les propos des experts en recrutement: soigner et tenir à  jour son profil, c’est important!