06.11.2012

Parole aux jeunes

Texte de Laura Crivelli
La scène internationale s'est fortement modifiée au cours des dernières décennies. Finis les sommets internationaux où seuls les Etats sont présents; les jeunes sont désormais de la partie.
Mattia, Youth Rep pour la Suisse, a eu l'occasion de rencontrer M. Ban Ki-moon lors de l'Assemblée générale 2012 de l'ONU à  New-York. Les jeunes ont un impact majeur dans les conférences internationales. Le contenu de leur discours est souvent plus riche, plus direct, plus vigoureux et innovant que les autres discours. Photos: swissyouthrep.wordpress.com

La société civile s’est immiscée de-ci de-là  afin d’exercer une influence sur la prise de positionet les décisions des Etats. Bien que des progrès restent à  faire en termes de représentation et d’intégration d’acteurs non-étatiques dans les processus de prise de décisions, les conférences internationales sont aujourd’hui un lieu de rencontre entre de nombreux représentants de la société globale. Les «Youth Rep» (youth representatives), représentants de la jeunesse, en font partie. Mais au fait, qui sont-ils, que font-ils et quel est leur impact? Rencontre avec Mattia Zanazzi, Youth Rep pour la Suisse et jeune délégué 2012 à  l’Assemblée Générale de l’ONU à  New York

 

«Trépidant, frustrant, et enthousiasmant». Ce sont les adjectifs choisis par Mattia pour décrire l’Assemblée Générale. Après une intense préparation en Suisse, le jeune homme est prêt à  défendre de manière efficace les intérêts des jeunes suisses à  l’ONU. Seul «hic», les résolutions sur lesquelles il avait travaillé ont pris un retard injustifié, et Mattia se retrouve alors à  plancher sur d’autres points que ceux initialement prévus. Grâce à  un travail acharné et coordonné, lui et les autres jeunes délégués réussiront à  insérer dans certaines résolutions une perspective plus jeune. Par exemple, ils insisteront sur l’importance d’inclure les filles et les jeunes femmes dans la résolution sur l’intensification des efforts contre la violence envers les femmes.

 

Au mot près

Selon Mattia, les mots utilisés pour rédiger les résolutions sont très importants. Derrière une parole, se cache un concept, une interprétation de la communauté. En changeant ou en ajoutant une parole, on change le paradigme, c’est-à -dire la mentalité collective qui s’y rapporte. Par ailleurs, le respect ou la violation d’une obligation internationale se définit en rapport avec une parole. En ajoutant la dimension de «jeunes femmes» à  la résolution contre la violence sur les femmes, on fait prendre conscience aux Etats de leur responsabilité de protéger également les jeunes.

 

Plus-value de la jeunesse

Le jeune homme estime que les jeunes ont un impact majeur au sein des conférences internationales. Le contenu de leur discours est souvent plus riche, plus direct, plus vigoureux et innovant que les autres discours. De plus, les jeunes délégués collaborent et se coordonnent en petit groupe. Au-delà  du fait d’être des délégués nationaux, ils sont également liés par le simple fait d’être jeunes.

Mattia, enthousiaste, raconte par exemple comment les jeunes délégués Sri Lankais ont repris une partie de son discours prononcé la veille en insistant sur la participation de jeunes issus de minorités dans le processus de prises de décision: «Les jeunes n’ont pas décidé du passé, mais ils décideront du futur, s’ils s’y impliquent et en prennent les responsabilités.»

 

Les jeunes ont également un esprit plus libre et innovateur. Ils ont donc une vision critique des procédures établies et des idées créatives pour transformer efficacement leurs dysfonctionnements. En tant que stagiaire pour une ONG active dans le domaine des droits de l’Homme, Mattia s’est rendu à  plusieurs sessions du Conseil des Droits de l’Homme à  Genève. Il a vu comment la société civile est présente dans les coulisses du Conseil.

 

A New York, Mattia remarque que cette société civile, bien que présente à  l’extérieur du siège des Nations Unies, n’y pénètre pas. Le jeune délégué se prononce donc en faveur d’une intégration plus compréhensive de représentants de la société civile, allant jusqu’à  les autoriser à  être présents dans les sessions informelles de l’Assemblée Générale. Un message aux jeunes Suisses? «Soyez jeunes et engagés! N’essayez pas de faire comme les adultes. Soyez créatifs, frais, directs. Portez en avant votre vision du monde, ne la laissez pas s’oppresser contre le monde existant. Engagez-vous!»

 

 

 

* * *

 

 

 

Youth Rep plus en détails

Comme dans près de 30 pays dans le monde, la Suisse possède des représentants de la jeunesse au sein de sa délégation: Youth Rep représente la jeunesse suisse à  l’Organisation des Nations Unies (ONU) depuis 2003. Généralement âgés de 18 à  25 ans, polyglottes pour la plupart, ils parlent en tout cas une langue nationale, en comprennent une autre et pratiquent l’anglais couramment. Déterminés, infatigables, et ambitieux, ils sont actifs depuis plusieurs années au sein d’associations de jeunesse.

 

Un travail d’équipe

Les membres de Youth Rep ont une double mission: sensibiliser et confronter les jeunes suisses aux thématiques internationales, et participer à  des conférences onusiennes au sein des délégations suisses. Ceci afin d’assurer la représentation des jeunes dans les décisions et les résolutions internationales.

 

Être Youth Rep, c’est avant tout un travail d’équipe. Les Youth Rep s’engagent bénévolement pour une durée de deux ans. Durant la première année dédiée à  la représentation de la jeunesse suisse, il faut se coordonner, se partager le travail, et se compléter en fonction de l’expérience et de la fonction de chacun. Pendant la deuxième année de leur mandat, les Youth Rep coachent leurs successeurs et assurent le suivi du travail.

 

En étroite collaboration avec le Conseil Suisse des Activités de Jeunesse (CSAJ) ainsi qu’avec les représentants du DFAE, ils définissent les objectifs importants d’une politique jeunesse au niveau international et expriment les intérêts et les préoccupations de la jeunesse en Suisse. Les Youth Rep défendent ensuite ces positions lors de conférences internationales comme au Sommet de la Terre (Rio+20) ou à  l’Assemblée Générale de l’ONU.

 

 


Info

Trois jeunes sont choisis chaque année par le Conseil Suisse des Associations Jeunesse (CSAJ) et les représentants du Département Fédéral des Affaires Etrangères (DFAE) en fonction de leurs connaissances, leurs intérêts et leur engagement. Le processus de sélection des Youth Rep 2013 est actuellement en cours. Les personnes intéressées peuvent envoyer leur candidature d’ici au 15 novembre sur le site du CSAJ.

 

Ähnliche Artikel