Politique | 17.11.2012

Le choix de la jeunesse

Texte de Anne Maron
Le 17 novembre, Luc Barthassat a ouvert la cérémonie de remise du Prix Jeunesse. Vainqueur du prix en 2011 pour son combat en faveur de l'accès à  la formation professionnelle des jeunes sans papiers, il a beaucoup travaillé sur ce projet afin que celui-ci devienne une problématique nationale.
Les participants de la Session ont décerné le Prix Jeunesse à  l'intervenant qui les a le plus convaincus. Mathias Reynard, plus jeune politicien élu au Parlement, s'est vu remettre le Prix Jeunesse 2012. Photos: Matthias Käser

Aujourd’hui, le conseiller national passe le relai aux jeunes parlementaires pour élire le Prix Jeunesse 2012. «J’ai confiance en vous, souligne-t-il, la Suisse a confiance en vous. L’avenir est entre vos mains.»

 

Les nominés se présentent

Trois candidats concouraient cette année pour le Prix Jeunesse. Viola Amherd était la première d’entre eux à  se présenter. Représentante du groupe PDV-PEV, conseillère nationale depuis sept ans, elle s’investit particulièrement pour la protection de l’enfance et de la jeunesse, notamment dans le domaine de la prévention sur Internet. Elle espère que cette mission plus actuelle obtiendra des réponses positives grâce aux propositions des jeunes.

 

Ancienne directrice de la police et des affaires militaires et présidente du Conseil d’Etat, Dora Andres est la deuxième candidate à  avoir été nominée par le jury du Prix Jeunesse. Après avoir découvert les efforts fournis par les Etats-Unis pour entretenir le lien entre politique et jeunesse, elle a eu envie de faire la même chose en Suisse. C’est donc tout naturellement qu’à  la suite de sa carrière politique, elle s’est engagée pour sensibiliser la jeunesse suisse à  la politique avec son projet «Ecoles à  Berne». Selon elle, «c’est seulement en comprenant le fonctionnement du système qu’on peut réellement exercer une influence sur lui».

 

 

Enfin Mathias Reynard, troisième candidat, est le plus jeune politicien élu au Parlement. Agé de 25 ans, il est membre des Commissions de la Science, de l’Education et de la Culture du Conseil national et s’intéresse depuis un an à  la question de la démocratisation et l’accès aux études. Selon lui, «tout le monde doit pouvoir étudier en fonction de ses capacités et de sa motivation et pas en fonction du porte-monnaie des parents.» Mathias Reynard a également félicité les jeunes parlementaires pour leur présence et leur engagement «dans une société du chacun pour soi et toujours plus égoïste».

 

«Relai politique des jeunes»

Chacun des trois candidats pour le Prix Jeunesse aspiraient à  la récompense, car elle représentait une reconnaissance de leur travail mais aussi un signal politique pour faire entendre leur problématique avec l’écho de la jeunesse. Tous souhaitent devenir «le relai politique des jeunes». A travers leurs actions et leur présence à  la Session Fédérale des Jeunes, Viola Amherd, Dora Andres et Mathias Reynard entendaient partager leurs valeurs et co-construire avec la jeunesse des projets qui la représente et la touche directement. A l’issue de la présentation des nominés, les participants ont voté pour le projet reflétant le mieux leurs préoccupations. C’est le jeune Mathias Reynard qui a remporté le Prix pour son combat en faveur de l’accès aux études pour tous. Il a conclu: «Je m’engage beaucoup politiquement pour que les jeunes soient entendus et cette récompense me fait donc énormément plaisir. Un grand merci!»