31.10.2012

Rendez-vous nature

Du 26 au 28 octobre, les visiteurs ont bravé le froid pour un événement dédié à  la nature: le festival Salamandre.
Hibou plus vrai que nature, d'Anne-Lise Koehler.
Photo: dossier de presse du festival Salamandre

Les premiers flocons tombent, la température glaciale nous oblige à  ressortir tout l’accoutrement d’hiver. Mais c’est bien emmitouflé que le public s’est déplacé en masse pour se rendre au Festival Salamandre, manifestation dédiée à  la nature, du 26 au 28 octobre 2012 à  Morges.

Des étoiles dans les yeux

Apparemment, il n’y avait pas que la météo qui nous propulsait dans la saison la plus froide de l’année. Les étoiles, pas encore pendues au sapin, se trouvaient dans les yeux des visiteurs, s’émerveille Julien Perrot, fondateur de la revue La Salamandre ainsi que du festival, dans un communiqué de presse.

Un programmation qui vaut le détour

La barre était haut placé cette année. Premièrement, le festival s’est déroulé sur trois jours au lieu de deux les années précédentes. Mais la programmation elle aussi valait le détour avec notamment les avant-premières des films Vie sauvage dans les roseaux, Voyage au bout de l’hiver ou encore Si la forêt m’était contée, en présence des réalisateurs, ainsi que la représentation musicale du groupe Nørn.

Spécialités et nouveautés

La soirée anniversaire – le festival fête ses dix ans cette année – de samedi portait un thème on ne peut mieux choisi pour ce début d’automne: le froid. Le public a également pu assister en direct au travail d’Anne-Lise Koehler dont l’atelier avait été transporté sur le lieu du festival. Ses créations animalières plus vraies que nature ont fasciné petits et grands.

Mais le succès de cette édition reste certainement le ciné-transat. La nouvelle salle de projection munie d’un écran XL placé au plafond et de confortables transats n’a pas désempli du week-end.

Un public varié

Au total, ce sont 10’000 visiteurs qui se sont déplacés sur trois jours pour rendre homage à  la nature. Pour comparaison, l’édition 2011 du festival avait accueilli 8000 visiteurs sur deux jours. Apparemment, le concept ne plaît pas qu’aux Romands. Les Français aussi se sont déplacés: de Lyon, de Paris ou encore de Bretagne.