Culture | 17.09.2012

Oliver Stone est de retour

Le réalisateur de "Platoon" signe "Savages", un film qui s'éloigne de ses projets les plus récents avec un regard documentaire pour se rapprocher de l'action explosive de "Natural born killers" et de "U-Turn". Le casting reste l'un des points forts de ce long-métrage qui aurait pourtant pu être plus pertinent. "Savages" sera présenté hors compétition au Festival du Film de Zurich qui se déroulera dès jeudi.
"Savages", ou une vie idyllique à  trois en Californie. Image: allocine.fr

Ophelia -« O » pour tout le monde- raconte en voix-off sa vie à  Laguna Beach avec Ben et Chon, deux amis ayant un business florissant dans l’industrie du cannabis. Elle relate leur relation à  trois et sa descente aux enfers au sein d’un cartel mexicain. Ce trio de protagonistes devient plus qu’attirant: Blake Lively, la blonde de Gossip Girl, en jeune californienne aisée et sexuellement libérée, le looser de Kick-Ass, Aaron Johnson, en neo-rasta-hippie pacifiste de plage et Taylor Kitsch jouant l’ancien marine.

 

Et comme les clichés sont à  l’ordre du jour dans Savages, la trame ne manque pas d’un gros agent fédéral corrompu campé par John Travolta. Pas question non plus d’oublier une splendide reine mexicaine de la drogue incarnée par Salma Hayek en perruque cleopatrienne . Encore un bravo, donc, pour un casting qui prévoyait jusqu’au montage la participation d’Uma Thurman en claire allusion au couple principal de Pulp Fiction.

 

Mais on est bien prévenus, même O, la narratrice, n’est pas forcément sauve de la mort à  la fin de cette histoire violente, malsaine et tricheuse. En effet, Stone n’a oublié aucun élément du thriller de Don Winslow sur lequel se base le film: corruptions politiques, chantages, trahisons, tortures et assassinats gratuits sont tous inclus et relevés par la présence inquiétante de Benicio del Toro dans son rôle de bras droit de la pharaonne.

 

Le cocktail reste explosif, mais le résultat aurait pu être mieux. A la fin, un arrière-goût de conclusion forcée et la sensation que le réalisateur n’a pas tenu ses promesses semblent ardents. Cela reste, quand même, un spectacle divertissant qui pourrait réconcilier Stone avec le grand public. A voir au Festival du Film de Zurich, qui récompense pour cette édition la trajectoire interprétative de John Travolta et qui avait déjà  fait la part belle à  Oliver Stone en 2007.

 

 


 

Info

Réalisateur: Oliver Stone

Scénario: Shane Salerno, Don Winslow, Oliver Stone

Avec: Taylor Kitsch, Blake Lively, John Travolta, Benicio del Toro, Salma Hayek, Emile Hirsch

Sortie en Suisse romande: 3 octobre 2012