Culture | 10.09.2012

Morges sort sa plume

Texte de Manon Schalk
Du 7 au 9 septembre, le Livre sur les Quais s'installait à  Morges pour réunir auteurs et lecteurs sur les bords du Lac Léman.
A Morges, la littérature s'invitait au bord du lac. L'auteur français Marc Lévy a encore une fois mesuré l'ampleur de son succès. Photos: Manon Schalk

Avec plus de 200 auteurs présents, la manifestation littéraire donnait l’occasion aux férus de lecture d’assister à  des conférences, projections, débats et séances de dédicaces.

 

Les fervents de littérature de toute la Suisse étaient déjà  à  l’affût à  l’ouverture de la manifestation vendredi 7 septembre.  Bien que cette année l’accent soit mis sur la littérature francophone, ceux que cela passionne un peu moins étaient quand même servis: entre littérature anglophone, germanophone et italophone ainsi qu’un espace jeunesse, tout le monde pouvait trouver son bonheur.

 

Il y avait foule sur les quais de Morges: c’est avec excitation que les lecteurs attendaient leur dédicace d’auteurs comme Douglas Kennedy, Luc Ferry ou encore Stephen Clarke. Les plus belles bâtisses de la ville comme le château, le casino et le Musée Alexis Forel ont accueilli ces grandes figures de la littérature pour partager un moment avec leurs lecteurs.

 

Pour ce premier jour sous les tentes du festival, Tink a rencontré l’auteur à  succès Marc Levy. «Si c’était à  refaire, je ne toucherais à  rien», c’est sur ces mots que l’auteur commence sa conférence, en clin d’Š«il au titre de son dernier livre «Si c’était à  refaire». L’écrivain français, rendu célèbre par son roman «Et si c’était vrai…», explique avec quelle intensité il se plonge dans l’écriture de ses histoires et dans la vie de ses personnages. C’est même avec une voix touchée par l’émotion qu’il avoue: «Au moment où la dernière page du livre s’écrit, il y a une vraie tristesse; c’est comme ramener des amis à  la gare, les personnages me manquent». C’est d’ailleurs pour cela que l’auteur prend plaisir à  faire réapparaître d’anciens personnages dans ses nouveaux romans. Mais c’est aussi pour une raison bien spéciale que l’écrivain s’attache tant à  ses personnages: beaucoup d’entre eux sont inspirés de ses amis les plus proches. «Mon meilleur ami m’a inspiré un des personnages principaux d’un de mes romans. Un jour il m’a dit qu’il pensait à  prendre sa retraite, j’ai donc mis son personnage à  la retraite et je lui ai dit: « Comme ça, tu peux voir ce que ça fait! »».

 

Avec plus de 26 millions d’exemplaires publiés dans le monde et trois de ses romans adaptés au cinéma, Marc Levy reste pourtant une personne très simple et proche de son public. Ainsi, il a eu le courage de répondre aux 15000 lettres de fans reçues à  la sortie de son premier roman, et à  déjà  plus de 5000 courriers pour son nouvel ouvrage.

 

«Le jour où j’aurai l’impression de ne plus être honnête, j’arrêterai d’écrire», conclut l’écrivain.

 

Pour tous les admirateurs et passionnés de la plume fluide et prenante de Marc Levy, rendez-vous sur son Twitter ♯MarcLevy pour connaître toutes ses actualités et ses nouveaux projets.