Culture | 28.08.2012

Frauenfeld, 20 ans de succès

Texte de Marie Fall | Photos de Mallaun Photography
Tu es un fan inconditionnel de l'Openair Frauenfeld? Chaque année, tente sous le bras, tu participes à  l'effervescence qu'il y a autour de cet évènement? La pluie, les incidents, la boue, rien de tout cela ne te décourage. Tu as pour habitude de faire honneur aux nombreux artistes qui se produisent durant le festival. Mais que sais-tu réellement de cette aventure qui a lieu pendant tout un weekend en été?
Chaque soir, plus de 50'000 festivaliers se pressent sur le terrain de l'Openair Frauenfeld.
Photo: Mallaun Photography

Frauenfeld est une petite ville d’à  peine 27,37 km² située en pleine campagne thurgovienne. Et pourtant l’openair hip-hop qui s’y déroule est le plus grand d’Europe. Son festival 100% urbain remporte un grand succès chaque année, malgré des débuts difficiles comme ont aussi connu ses compères romands.

 

L’Openair Frauenfeld est organisé par First Event AG depuis 2002, mais la toute première édition a eu lieu en 1985. Soutenu et présenté par la Migros, c’est plus de 50’000 festivaliers qui s’y trémoussent chaque jour devant les nombreuses têtes d’affiches; un véritable eldorado pour les partenaires présents. C’est en effet un grand pari pour tous ceux qui décident de soutenir le festival. Car il est évidemment difficile de savoir à  l’avance s’il sera une réussite. De nombreux facteurs sont à  prendre en compte. Pourtant, de plus en plus de sociétés décident de s’engager en tant que partenaires. Quoi de mieux qu’un festival pour élargir son réseau et faire sa publicité?

 

Par ailleurs, la programmation musicale est un véritable casse-tête. Elle représente chaque année un énorme challenge pour l’association. En effet, quels artistes choisir? Quels sont ceux qui vont attirer une foule? Quelle est la garantie que l’artiste se présentera? Ce sont entre autres ces questions que se posent les organisateurs d’un évènement de cette envergure. Malgré tout, la prise de risque vaut la peine car en général très peu d’artistes se décommandent.

 

D’ailleurs cette année, le public a été gâté côté programmation. En effet, on a eu droit au canadien séducteur Drake, au rescapé 50 Cent, à  Papa Nas, au jamaïcain Sean Paul, à  la bombe Rick Ross ou encore au retour très apprécié de la charmante Lauryn Hill. N’oublions pas non plus les héritiers du rap français Sexion d’Assaut et aussi quelques représentants de la scène alémanique. Avec un planning de ce genre, on se demande déjà  de quoi sera fait le weekend du 12 au 14 juillet 2013.