Culture | 16.07.2012

Touche finale

Texte de Estelle Baur
Le 42ème Festival de la Cité a plié bagage hier à  Lausanne. Malgré une météo mitigée, quelque 100'000 personnes ont afflué pour saluer des centaines d'artistes de tous horizons.
Le musicien français Barcella et la troupe du Vegetable Orchestra pour clôturer le Festival de la Cité dimanche soir. Photos: Zeina Takache

Chanson à  texte avec Barcella

À l’occasion de son unique passage en Suisse, le chanteur français Barcella a enchanté petits et grands, samedi soir sur la place du château et dimanche soir à  la fabrique.

 

Ensemble musical et décoration rétro, la scène s’est illuminée de ses tendres et joyeuses mélodies à  mi-chemin entre pop et valse musette. Doté d’un humour tout particulier et d’une bonne humeur contagieuse, Barcella a interagi avec le public ravi, l’invitant à  chanter et à  taper dans les mains, poussant le jeu jusqu’à  filmer les spectateurs!

 

Venu pour présenter son troisième album, Charabia, le chanteur explore différents genres, jusqu’au théâtre, au conte, à  la poésie ou au be-bop! Son aisance est incroyable, son charisme envoûtant, ses musiciens tout aussi enthousiastes. Le sourire aux lèvres, ces artistes prennent leur pied et nous entrainent gaiement dans leur délire.

 

Les instruments bio du Vegetable orchestra

Concert étonnant que celui proposé par le Vegetable orchestra, qui joue avec des instruments organiques et éphémères. En effet, comme son nom l’indique, l’orchestre a créé ses instruments en taillant des légumes. Le potiron devient ainsi tambour; la carotte devient flûte.

 

Les huit Autrichiens explorent les possibilités musicales, valsant entre jazz, électro et autres compositions contemporaines. Totalement emportés par leur art, les artistes présentent une performance originale qui a attiré beaucoup de monde. Les gens rient, puis se taisent, ébahis par la virtuosité des musiciens. C’est à  se demander si, à  la fin de la représentation, ces légumes dans lesquels ils ont tant soufflé finissent dans l’assiette…

 

Et comme dans le conte de Cendrillon, c’est à  minuit que les instruments redeviennent citrouilles. Un événement inédit pour clore en beauté la 41ème édition du Festival de la Cité.